Montpellier: Si le rectorat donne son feu vert, les écoles repasseront à la semaine des quatre jours à la rentrée

EDUCATION Les conseils des écoles se sont prononcés à plus de 90 % pour l’ancien dispositif…

Nicolas Bonzom

— 

Un rythme plus adapté aux enfants.
Un rythme plus adapté aux enfants. — Nicolas Bonzom / Maxele Presse
  • Les conseils d'écoles de Montpellier se sont prononcés pour la semaine de quatre jours.
  • Le rectorat devra valider ce choix, puis le conseil municipal.
  • La ville expérimente ce retour depuis septembre dans trois écoles.

Si le rectorat donne son feu vert, les écoles​ de Montpellier repasseront à la rentrée à la semaine des quatre jours. Selon Philippe Saurel, le maire divers gauche de la capitale de l’Hérault, « plus de 90 % » des conseils des établissements, qui ont été consultés sur le maintien ou non de la réforme des rythmes scolaires, se sont prononcés pour ce choix.

Une décision qui ravit l’élu, qui a lancé en septembre dernier l’expérimentation d’un retour à l’ancien dispositif sur trois écoles, dont une est située en zone d’éducation prioritaire. Sur ces trois groupes scolaires, parents et enseignants se sont également prononcés pour l’option des quatre jours. « Nous respectons l’avis des conseils de classe, confie le maire. Si tout n’était pas à jeter dans la réforme, comme l’apprentissage de la culture, elle a été faite à la va-vite. Et pour les enfants, c’est une catastrophe. »

Les écoles choisiront leurs horaires

Les services de l’académie de Montpellier devront donner leur avis sur ce retour aux quatre jours, avant que le conseil municipal ne le valide. Les conseils d’écoles ont dû également se prononcer sur deux modèles d’horaires proposés par la commune pour les journées à l’école : 8h30-12h et 14h-16h30 ou 8h45-12h et 14h-16h45.

« Sur ce point, les avis sont beaucoup plus partagés, reprend Philippe Saurel. Nous avons donc décidé de laisser le choix aux écoles. » Chaque établissement pourra choisir quand sonnera la cloche du matin. Enfin, la ville financera une heure d’accueil gratuite (de 16h30 à 17h30 ou de 16h45 à 17h45), qui pourra être consacrée à de l’étude surveillée pour renforcer les fondamentaux, mais aussi à des activités ludiques.

Et si le rectorat validait la semaine de quatre jours, cela ne serait pas synonyme d’économies pour la collectivité, assure le maire : « Nous serons à budget constant, du fait de la perte des budgets de l’Etat », versés aux villes pour les aider à mettre en place la réforme (3 millions d’euros à Montpellier la première année pour 7 millions d’euros dépensés, puis 1,5 million d’euros la deuxième année, et 750.000 euros la troisième).