VIDEO. Attaques à la faculté de droit de Montpellier: L'ex-doyen et le professeur placés en garde à vue ont été suspendus

UNIVERSITE La ministère a pris cette décision à la suite des premiers résultats de l'enquête administrative...

N.B.

— 

La faculté de droit de Montpellier (illustration).
La faculté de droit de Montpellier (illustration). — N. Bonzom / Maxele Presse

Le doyen démissionnaire de la faculté de droit de Montpellier, et un professeur, entendus en garde à vue mercredi, vont être suspendus, a indiqué ce jeudi Frédérique Vidal, la ministre de l’Enseignement supérieur, sur France Info. Elle souligne que la décision a été prise « suite aux premières conclusions de l’enquête administrative ».

Deux inspecteurs du ministère de l’Éducation nationale ont été dépêchés lundi à Montpellier pour faire toute la lumière sur les circonstances de l’intrusion d’un commando armé, et cagoulé, dans la nuit du 22 au 23 mars. Des étudiants, qui manifestaient contre les réformes du gouvernement, avaient été blessés à coups de planches de bois.

>> A lire aussi : « Je n’ai pas l’habitude, lorsque je suis agressé, de rester passif », lâche un professeur

« C’était nécessaire »

« La suspension d’un professeur d’université, ce n’est pas quelque chose qui se produit tous les jours, mais c’était nécessaire dans ce cas-là au regard des faits », poursuit la ministre, à qui les conclusions de l’inspection seront rendues à la fin de la semaine.

L’ex-doyen avait été pointé du doigt dès les premières heures, après une déclaration controversée à France 3, où il se disait « fier » de ses étudiants, parlant ensuite d’erreur de communication. Philippe Pétel avait présenté sa démission, quelques heures après.

La faculté, fermée depuis les violences de la semaine dernière, n’ouvrira que le 3 avril.

>> A lire aussi : « Ma priorité, un climat plus serein », confie Philippe Augé, le président de l'université