VIDEO. Attaques à la faculté de droit de Montpellier : «Ma priorité, un climat plus serein», confie Philippe Augé, le président de l'université

INTERVIEW La faculté de droit de Montpellier est fermée, jusqu'au 3 avril, après les violences survenues dans la nuit du 22 au 23 mars...

Propos recueillis par Nicolas Bonzom

— 

Philippe Augé, président de l'université de Montpellier, dont dépend la faculté de droit.
Philippe Augé, président de l'université de Montpellier, dont dépend la faculté de droit. — N. Bonzom / Maxele Presse

Près d’une semaine après les violences survenues à la faculté de droit de Montpellier, le bâtiment est toujours fermé. Dans la nuit du 22 au 23 mars, un commando, cagoulé et armé de planches de bois, avait débarqué dans un amphithéâtre, blessant des étudiantrs. Philippe Augé, président de l’université, répond aux questions de 20 Minutes.

>> A lire aussi : VIDEO. Montpellier : La faculté de droit fermée jusqu'au 3 avril, un «blocage illimité» à la faculté de lettres

Pourquoi avoir repoussé la réouverture de la faculté au 3 avril ?

En tant que président de l'université, je me dois d’assurer la continuité du service public mais aussi la stabilité de l’université. Mon rôle est de garantir que les enseignements délivrés aux étudiants se déroulent dans des conditions de sécurité optimales. Ma priorité est donc qu’un climat plus serein soit revenu au moment de la réouverture. C’est pour cette raison qu’une réouverture le 3 avril m’a semblé plus opportune. 

Avez-vous prévu un renfort de la sécurité pour l’accès au bâtiment ?

Tout à fait, c’est pour cette raison qu’il sera demandé aux étudiants de présenter leur carte multiservices UM.

>> A lire aussi : VIDEO. Attaques à l'université de Montpellier : « La sécurité n'a pas été assurée », s'insurge un étudiant de la faculté de droit

Dans quelles conditions les examens pourront-ils se tenir ?

Afin de ne pas pénaliser les étudiants, les partiels qui étaient programmés seront reportés à une date ultérieure qui sera communiquée aux étudiants dans les plus brefs délais par les services de la faculté. 

Avez-vous des explications sur l’intrusion de ce commando au sein de la faculté ?

La manière dont les assaillants ont pu pénétrer dans la faculté fait partie des questions auxquelles les deux enquêtes en cours devront répondre, de même que celle l’identité des agresseurs.

>> A lire aussi : VIDEO. Attaques à l'université de Montpellier : « Je n’ai pas l’habitude, lorsque je suis agressé, de rester passif », lâche un professeur

Savez-vous, aujourd'hui, s'il y avait des professeurs ou des étudiants de la faculté de droit parmi eux ?

J’attends les premiers résultats des deux enquêtes qui, je l’espère, seront communiqués très rapidement. Je ne souhaite pas en dire davantage pour l’instant.