Hérault : Un norovirus dans l'étang, la récolte des coquillages de Thau à nouveau interdite

CONSOMMATION Avant Noël, la présence de toxines avait également provoqué la suspension de la récolte dans le bassin héraultais…

Nicolas Bonzom
— 
Des huîtres du bassin de Thau (illustration).
Des huîtres du bassin de Thau (illustration). — DAMOURETTE/SIPA

Voilà qui ne va pas redorer l’image des coquillages du bassin : à la suite de plusieurs cas déclarés de toxi-infections alimentaires collectives dues à une consommation d’huîtres de l’étang de Thau,​ dans l'Hérault, la préfecture a décidé de suspendre la récolte et la commercialisation des huîtres, des moules et des palourdes qui proviennent du bassin.

Des analyses sur les coquillages ont démontré la présence de norovirus, indique la préfecture. Le norovirus entraîne des gastro-entérites aiguës : les symptômes gastro-intestinaux se font ressentir dans les 6 à 48 h qui suivent la consommation du coquillage.

Ne pas consommer les coquillages

« Il est demandé aux personnes qui détiendraient ces produits de ne pas les consommer et de les rapporter au point de vente. En cas de doute, il convient de se renseigner auprès de son rayon de poissonnerie habituel pour savoir si le produit acheté est concerné par l’alerte », notent les services de la préfecture de l’Hérault, qui soulignent cependant que les coquillages récoltés avant le 15 février ne sont pas concernés.

Cette mesure temporaire ne sera levée que lorsque les conditions de sécurité sanitaire seront réunies pour une réouverture de la zone de production de Thau.

Un nouveau coup dur pour les producteurs du coin : avant Noël, les coquillages du bassin de Thau avaient été interdits pendant plus d'un mois, en raison de la présence de toxines PSP supérieure à la norme autorisée dans l’étang. Un véritable désastre économique, pour cette zone de l’Hérault, où quelque 550 exploitations, la plupart familiales, produisent 12.000 tonnes d’huîtres et 6.000 tonnes de moules tous les ans.