VIDEO. Cinq jeux de société languedociens à tester pendant les vacances

LOISIRS «20 Minutes» a déniché cinq boîtes de jeux qui vont vous faire oublier le temps morose...

Nicolas Bonzom

— 

Le jeu de société montpelliérain Docteur Pilule.
Le jeu de société montpelliérain Docteur Pilule. — Docteur Pilule.

C’est les vacances, il fait un froid glacial, la neige menace la région. C’est l’occasion de sortir quelques bons jeux de société. Marre du « Scrabble » et de « La bonne paye » ? 20 Minutes a déniché cinq jeux fabriqués dans le coin à tester absolument.

« Docteur Pilule »

C’est le jeu de société dont tout le monde parle. Sorti il y a un peu plus d’un an, « Docteur Pilule » a passé la barre des 9.000 ventes, « ce qui est rare pour un jeu indépendant », se réjouit Jean-Philippe Caro, un talent d’Ubisoft, qui a créé avec deux autres Héraultais, Jacques Exertier et Guillaume Brunier, cette boîte « anti burn-out ».

Enfermées dans un asile psychiatrique, les équipes, constituées d’un fou et de son ami imaginaire, ne pourront s’en échapper qu’en relevant des défis plus fous les uns que les autres. Et gare aux pilules du docteur un brin maboul qui sévit pendant la partie : ses effets secondaires pourraient bien vous pousser à vous dandiner comme une poule au beau milieu du salon, en chantant un air d’opéra. « Les joueurs tombent le masque social, les enfants disent souvent qu’ils n’ont jamais vu leurs parents comme ça, tout le monde fait l’andouille ensemble, c’est sans doute ce qui plaît », note Jean-Philippe Caro.

>> A lire aussi : Festival des jeux de Cannes : Les règles à suivre pour créer un jeu de société

« Tinunjoc »

« Tinunjoc » est un savant mélange entre le jeu de l’oie et le « Trivial Pursuit ». Cette boîte de jeu invite les participants à sillonner les Pyrénées-Orientales, pour étayer leurs connaissances sur le département du Sud de la France. On part du Lydia, ce mythique bateau échoué sur la plage du Barcarès, pour arriver jusqu’au Canigou, la montagne emblématique du coin. Au programme, de très nombreuses questions plus ou moins ardues sur la Catalogne, et des cases « aventure » pour petits et grands.

« Farmy’up »

Comme son nom le laisse penser, « Farmy’up » invite les enfants à partir de 5 ans à la campagne, pour découvrir les joies de la ferme. Du poulailler jusqu’au potager, les jeunes joueurs (et leurs parents !) se familiarisent avec la vie de fermier, et découvrent la provenance des produits qu’ils utilisent au quotidien. Chaque joueur dispose au début de la partie d’une planche « Ma ferme » qu’il devra compléter au fur et à mesure des tours.

Le jeu Farmy'up de l'entreprise Bioviva.
Le jeu Farmy'up de l'entreprise Bioviva. - Bioviva

« Les enfants apprennent notamment à associer les animaux avec ce qu’ils mangent et ce qu’ils permettent de produire : le mouton mange de l’herbe pour grandir, et permet de fabriquer de la laine », note Frédéric Cerene, de la société montpelliéraine Bioviva, qui produit depuis 22 ans des jeux made in France, et respectueux de l’environnement.

« Défis Nature »

« Défis Nature », c’est un peu les cartes « Magic » des plus petits. Avec plus de deux millions d’exemplaires vendus depuis dix ans, c’est en tout cas le plus gros succès de la société montpelliéraine Bioviva. Le principe : chaque joueur dispose de cartes, représentants des animaux, des monuments ou encore des arbres, qui vont lui permettre de remporter celles des autres s’ils possèdent les plus fortes caractéristiques.

« Un phénomène dans les cours de récréation », se réjouit l’entreprise. « Les enfants en sont dingues », reprend Frédéric Cerene. Le succès est tel que Bioviva a lancé un club ces derniers jours pour rassembler les fans. La gamme dispose de 37 boîtes différentes. Dernières sorties, les animaux rigolos, les monuments fabuleux et les arbres du monde.

>> A lire aussi : Grand Est : Vos cartes à jouer et de jeux de société viennent sans doute de cette usine lorraine

« Trôl »

Christophe Lauras, un Héraultais de Lignan-sur-Orb, a dévoilé il y a quelques semaines un jeu de société coopératif qui fait sensation dans les salons : « Trôl ». Les joueurs incarnent des tribus d’ogres un peu bébêtes qui partent à la chasse pour se nourrir. À grands coups de cartes, ces « Trôls » vont tenter de mettre la main sur de drôles de gibiers qui se dandinent sur la table de jeu, des « castortues » et autres « cochichillas », mais aussi tenter de faire quelques vacheries à leurs adversaires.