Hérault : Le spectaculaire boom démographique de Castelnau-le-Lez, boosté par le tramway

DEMOGRAPHIE Une fois les méga quartiers Eurêka et Caylus achevés, la commune pourrait compter entre 25 000 et 26 000 habitants. Environ 10 000 de plus qu’il y a sept ans à peine…

Nicolas Bonzom

— 

Le tramway, sur l'avenue de l'Europe à Castelnau-le-Lez, symbole de l'expansion de la commune.
Le tramway, sur l'avenue de l'Europe à Castelnau-le-Lez, symbole de l'expansion de la commune. — N. Bonzom / Maxele Presse

Castelnau-le-Lez affiche de très généreuses courbes démographiques : en 2011, la deuxième commune de la métropole de Montpellier comptait 15 951 habitants, en 2015, selon le dernier recensement de l’Insee (en vigueur en 2018), 19 504, et aujourd’hui, la barre des 20 000 est largement dépassée. D’ici peu, une fois les mega quartiers Eurêka et Caylus achevés, il devrait y avoir entre 25 000 et 26 000 habitants à Castelnau-le-Lez.

Pour le maire de la ville, Frédéric Lafforgue, qui a pris ses fonctions il y a un peu plus de quatre mois, le 30 septembre dernier, l’arrivée de la ligne 2 du tramway et ses petites fleurs ont tout changé, en 2006. « Si Castelnau-le-Lez a explosé, c’est d’abord grâce au passage du tramway, explique l’ancien adjoint à l’urbanisme devenu premier magistrat. Nous avions alors l’obligation de l’Etat de construire des logements sur le tracé. »

>> A lire aussi : Hérault. Après dix ans d'attente, le passage à niveau de Castelnau-le-Lez va (enfin) être sécurisé

« Nous avons limité les constructions à trois étages »

Sur l’avenue de l’Europe, où serpentent les rames, les immeubles ont poussé comme des champignons, en douze ans. Et ce n’est pas terminé. « Mais nous avons limité les constructions à trois étages. Cela n’a pas été le cas partout », note l’élu, qui s’efforce, assure-t-il, de préserver des espaces de verdure. Pas toujours simple quand aménageur et constructeurs frappent sans répit à la porte de l’hôtel de ville. « J’ai signé un refus, récemment. Nous résistons, nous allons à présent un peu moins urbaniser… »

>> A lire aussi : Montpellier. Dans la métropole, l'immobilier d'entreprises connaît un véritable boom

D’autant plus que Frédéric Lafforgue attend de la métropole un coup de pouce sur son schéma de mobilité. Car si la population grimpe à vitesse grand V, les transports, eux, traînent un peu… « Ce que je souhaite, ce sont deux bus, avec des roues et qui avancent », s’impatiente-t-il. « Le premier partirait de Notre-Dame-de-Sablassou, passerait par Eurêka, jusqu’à Ernest-Granier, à Montpellier. L’autre démarrerait à Charles-de-Gaulle, emprunterait l’avenue Georges-Frêche et passerait par Eurêka, puis filerait vers Odysseum. Il y a urgence ! » Urgence, car Castelnau croît, que les entreprises sont séduites, que les équipements se multiplient… Chaque jour, des centaines de personnes quittent le tramway et s’aventurent à pied vers les zones d’activités, faute de bus.