VIDÉO. Montpellier : On a grimpé tout en haut du futur Arbre blanc

URBANISME Le projet, dont les balcons défient les lois de l’apesanteur, doit être fin prêt en 2019…

Nicolas Bonzom

— 

L'Arbre blanc à Montpellier.
L'Arbre blanc à Montpellier. — N. Bonzom / Maxele Presse
  • L’Arbre blanc est un projet d’immeuble qui sort de l’ordinaire, à Montpellier.
  • Ses balcons, notamment, suspendus dans le vide, suscitent la curiosité.
  • Le projet, qui comporte 110 logements, dont être fin prêt en 2019.

L’Arbre blanc, un immeuble haut de gamme de 17 étages, pousse depuis plusieurs mois dans le quartier Richter, à Montpellier. Et si l’architecture du coin, particulièrement du côté de Port-Marianne, sort pas mal de l’ordinaire, celle de ce projet frôle la folie.

>> A lire aussi : Montpellier fait des folies avec son architecture

Notamment ses 193 balcons, d’étonnantes avancées vers le vide, qui semblent suspendus dans les airs. On a même cru il y a quelques mois, qu’ils ne pourraient jamais être posés. Le maire, Philippe Saurel, avait lui même évoqué quelques complications.

L'Arbre blanc à Montpellier.
L'Arbre blanc à Montpellier. - N. Bonzom / Maxele Presse

Des balcons longs de sept à huit mètres

Mais désormais, les équations des architectes semblent résolues, les tests se sont avérés concluants, et les premières feuilles de l’Arbre ont surgi. Ce mardi, on a pu grimper sur le toit de l’immeuble, qui accueillera un bar… Et c’est très impressionnant.

>> A lire aussi : Villes du futur : A quoi ressemblera Montpellier en 2050 ?

La vue, d’abord. Imprenable sur la ville, avec d’un côté, le pic Saint-Loup, et de l’autre, la Méditerranée. Les balcons, ensuite, dont certains sont longs de sept à huit mètres.

« C’est une véritable prouesse »

« Il s’agit d’inserts métalliques fixés verticalement sur la façade, sur lesquels les balcons sont vissés, note Alain Gillet, architecte, l’un des promoteurs de l’Arbre blanc. C’est une technologie unique, conçue spécialement pour ce projet. C’est une véritable prouesse. »

L’Arbre blanc, niché au bord du Lez, comprend 110 appartements au total, tandis que les deux premiers niveaux accueilleront une galerie d’art, un restaurant ou encore des bureaux. L’étonnant projet, dessiné par les architectes Sou Fujimoto, Nicolas Laisné et Manal Rachdi, doit être fin prêt à accueillir ses premiers habitants en 2019.