Montpellier: Dans les galettes des rois, des fèves dessinées par les enfants du quartier

EPIPHANIE A la Suite, ce sont des écoliers qui ont imaginé les fèves qui sont dissimulées dans les galettes et les royaumes…

Nicolas Bonzom

— 

Les fèves de la boulangerie la Suite, dessinées par des écoliers.
Les fèves de la boulangerie la Suite, dessinées par des écoliers. — N. Bonzom / Maxele Presse

Jusqu’à la fin du mois, entre 1.000 et 1.200 royaumes et galettes des rois doivent sortir des fourneaux d’Hervé Astier, à Montpellier. Mais cette année, chez ce maître boulanger originaire d’Uzès, les sempiternels santons provençaux resteront au placard…

>> A lire aussi : VIDÉO. C'est quoi le secret du succès de la galette des rois ?

Ce sont des enfants de CM1 et CM2 de l’école Jeanne-d’Arc, près de son atelier, rue Marioge aux Arceaux, qui ont imaginé les sept fèves qui seront dissimulées à l’intérieur.

Hervé Astier, maître-boulanger à Montpellier, dans sa boutique.
Hervé Astier, maître-boulanger à Montpellier, dans sa boutique. - N. Bonzom / Maxele Presse

Un croissant qui tire la langue

« Avant les grandes vacances d’été, les élèves ont visité la boulangerie, ils ont participé à des ateliers de fabrication de pain et de croissants, souligne l’artisan, qui a ouvert la Suite il y a deux ans avec son épouse Aurélie, après deux décennies à œuvrer dans la formation. Ils sont tous repartis avec une mission : imaginer la fève 2018. »

Parmi la cinquantaine de dessins proposés par les écoliers du quartier, sept ont finalement été choisis : Clara a imaginé un joli croissant qui tire la langue, JF un gros gâteau, Louane une religieuse, Jade un macaron, Iman un muffin, affublé d’un petit nœud, Elyas un éclair au chocolat tandis que Lou a dessiné une galette tout sourire.

>> A lire aussi : VIDEO. Aigues-Mortes : C'est quoi le secret du succès de la fougasse à la fleur d'oranger ?

« L’idée était d’abord de faire découvrir le métier aux enfants, et de faire un petit clin d’œil à nos clients, car nous sommes un véritable commerce de proximité et dans un quartier à taille humaine. » Une manière, également, de se différencier des autres : tandis qu’aujourd’hui, plus de « 95 % des fèves sont standardisées et viennent d’Asie », confie l’entreprise grenobloise Panessiel, le premier producteur en France de fèves en porcelaine qui a créé celles de la boulangerie montpelliéraine, Hervé Astier incorpore dans ses préparations « des fèves uniques à l’image de « [notre] savoir-faire artisanal ».