Montpellier : En 10 ans, 7 millions d’euros ont servi à acheter des œuvres pour le musée Fabre

ART « 20 Minutes » s’interroge sur les moyens dont dispose l’établissement pour acheter des oeuvres…

Nicolas Bonzom

— 

Le portrait de Joseph Bonnier de la Mosson, acquis par le musée Fabre.
Le portrait de Joseph Bonnier de la Mosson, acquis par le musée Fabre. — N. Bonzom / Maxele Presse
  • Le musée Fabre dispose d’une enveloppe de 400.000 euros par an pour acheter des œuvres, à laquelle il faut ajouter les nombreux mécènes.
  • Des dons sont aussi régulièrement faits à l’établissement d’art.

Deux tableaux du peintre montpelliérain Jean Ranc, l’un des portraitistes les plus prisés de la Régence, ont rejoint dernièrement les collections du musée Fabre à Montpellier. Ces huiles sur toile réalisées en 1702, représentant Joseph 1er Bonnier de la Mosson et son épouse Anne Melon, ont été achetées lors d’une vente publique à Drout, à Paris.

>> A lire aussi : VIDEO : La saga « Star Wars » retracée à travers 250 jeux vidéo dans « Le retour du jeu vidéo » au Pixel Museum

20 Minutes s’interroge sur les moyens dont dispose le musée pour acquérir des œuvres.

« Beaucoup de musées n’ont pas cette chance »

Chaque année, le musée dispose d’une enveloppe de 400.000 euros abondée par la métropole de Montpellier pour acheter les pépites qui s’ajouteront à ses collections. L’un des budgets les plus importants de France. « Beaucoup de musées n’ont pas cette chance », souligne son directeur, Michel Hilaire. A cette somme, il faut rajouter l’aide de la Fondation d’entreprise, qui a offert à l’établissement 43 œuvres depuis sa création, mais également l’association les Amis du musée Fabre, qui en a acheté 22 en 10 ans.

>> A lire aussi : Montpellier : Le musée d'art brut plonge les visiteurs dans la folie créatrice

Depuis 2007, au total, ce sont quelque 7 millions d’euros qui ont été consacrés à des achats d’œuvres par le musée. « Cela crée un musée en mouvement perpétuel pour le public, avec des collections extrêmement vivantes », reprend Michel Hilaire.

« Les artistes complètent par des dons »

Mais si son équipe court les galeries d’art, les ventes aux enchères, les ateliers d’artistes ou encore les collections de particuliers pour dénicher les perles rares, il arrive, bien souvent, que l’on fasse des cadeaux au musée Fabre : « Pour l’art contemporain, nous achetons, et souvent les artistes complètent par des dons, parce qu’ils savent que c’est dans leur intérêt », souligne le jeune conservateur Stanislas Codoliet. Histoire que leurs œuvres sont bien conservées, vues et que leur cote « soit maintenue ».

>> A lire aussi : Nantes : Ouvert depuis six mois, le musée d'arts totalise déjà 150.000 visiteurs

« Les artistes, et leurs descendants, préfèrent souvent offrir des œuvres plutôt que personne ne les voit », ajoute Philippe Saurel, le président de la métropole. Dernier don majeur en date : des lettres, signées de la main de Frédéric Bazille, à ses amis peintres. C’est la famille d’un spécialiste du peintre qui a offert ces documents au musée.