VIDÉO. Miss France : «Cette année, la couronne, on l'a», assure Alizée, Miss Languedoc-Roussillon

CONCOURS La jeune femme, diplômée d’une école de management hôtelier de luxe, représente la région samedi…

Nicolas Bonzom

— 

Alizée Rieu, Miss Languedoc-Roussillon.
Alizée Rieu, Miss Languedoc-Roussillon. — VU / SIPA

Si Aurore Kichenin, première dauphine de Miss France et parmi les cinq finalistes de Miss World, a brillé cette année, Alizée Rieu ne manque pas non plus d’ambition.

>> A lire aussi : VIDEO. Miss Monde : « Je n'imaginais pas me retrouver dans le top 5 », confie Aurore Kichenin

« Cette année, la couronne, on l’a, sourit cette jeune Gardoise de 22 ans, qui va représenter la région Languedoc-Roussillon au concours Miss France samedi sur TF1 (à 21 h). Quand je me lance dans un projet, quel qu’il soit, je m’investis à 200 % ! »

« Au début, on prend ça pour un compliment »

Originaire de Vallabrix, un petit village de quelque 400 habitants près d’Uzès, la demoiselle a tenté l’aventure des Miss pour la première fois en 2015. Elle est devenue Miss Nîmes, encouragée par ses proches. « Ma famille et mes amis m’ont poussé à me présenter. Au début, on prend ça pour un compliment, note Alizée Rieu, qui pratique la danse classique depuis toute petite. Et des personnes que je ne connaissais pas m’en ont parlé. J’ai eu un déclic, j’ai découvert ce milieu, les défilés, la mode, cela m’a plu ! »

>> A lire aussi : Miss France : L'incontournable élection aussi festive que le réveillon de Noël

Si la jeune femme, diplômée d’une école de management hôtelier de luxe, attire les regards, la Languedocienne a aussi brillé par ses résultats au fameux test de culture générale du concours Miss France, où elle a décroché un podium, avec 16 sur 20.

« Alizée est une excellente candidate, très avenante, et très souriante, elle va très facilement vers les gens et ils l’apprécient beaucoup », confie Thierry Mazars, le délégué du comité Miss France dans le Languedoc-Roussillon. « Il va falloir que les téléspectateurs la soutiennent, samedi ! On a besoin d’eux ! » « Les chorégraphies sont prêtes, j’ai hâte d’y être », s’impatiente la jeune Gardoise. Alors bon vent, Alizée.