VIDÉO. Montpellier: «Le Téléthon ne tiendrait pas sans bénévoles», confie Ève, Héraultaise engagée

SOLIDARITE Le 31e marathon pour accompagner les familles et la recherche contre les maladies rares débute ce vendredi…

Nicolas Bonzom

— 

Eve Bébien, coordinatrice bénévole du Téléthon pour l'est de l'Hérault.
Eve Bébien, coordinatrice bénévole du Téléthon pour l'est de l'Hérault. — N. Bonzom / Maxele Presse
  • Le Téléthon démarre ce vendredi partout en France et sur France Télévisions.
  • Dans l'est de l'Hérault, une centaine d'événements sont organisés.
  • « 20 Minutes » a rencontré Eve Bébien, coordinatrice bénévole de la cause.

Sous ses yeux, une liste d’improbables challenges, un lancer de tongs, une course de brouettes, des lotos, un bal country, des concours de pétanque, des aligot-saucisses et autres paëllas géantes qui font chaque année la saveur du Téléthon...

>> A lire aussi : La 31e édition du Téléthon débute ce vendredi dans un contexte global de baisse des dons

« Cette année, on aura plus d’une centaine de manifestations », se réjouit Eve Bébien, coordinatrice de la cause pour l’Est de l’Hérault. Et quand France Télévisions lancera ses 30 h d’antenne ce vendredi (à 18h45, sur France 2) pour faire grimper la précieuse cagnotte pour l’AFM-Téléthon, le marathon de cette maman au foyer aura déjà commencé, pied au plancher, sur les routes des villes et des villages du coin.

« Je puise la force en eux »

« Le Téléthon ne tiendrait pas sans les bénévoles, c’est sa force, souligne Eve Bébien. L’investissement est énorme, c’est sûr… Sur les derniers mois, c’est à plein temps, à fond ! Ils nous arrivent même d’apporter un peu de travail à la maison. » Des contrats à éplucher, des propositions de défis, qui inondent les bureaux de l’AFM-Téléthon à Montpellier... « Notre récompense, c’est quand la recherche avance », confie la bénévole, qui a d’abord été organisatrice du Téléthon à Restinclières, un petit village.

>> A lire aussi : Téléthon : Trois outils pour améliorer le quotidien des familles touchées par les maladies rares

 

« Nous étions entre copines, nous donnions un coup de pouce à l’une d’entre elles, maman d’un enfant atteint par une maladie. » Si les vies qu’Eve Bébien et son armée de bénévoles côtoient quotidiennement peuvent paraître injustes, elle préfère ne retenir que « leur courage ».

« Plutôt que la peine, je puise la force qu’ils ont en eux », sourit-elle. « Et leur sourire. Cela me surprend à chaque fois. Ils sourient, tous », reprend Elisabeth Maurel, une autre bénévole de l’AFM-Téléthon. « Les parents aussi, ils sourient », glisse la coordinatrice héraultaise. Une bonne raison de faire un don au 36.37.