Montpellier: Un rassemblement pour un proche de Joaquim, arrêté à la frontière après ses obsèques

JUSTICE L’homme a été interpellé et placé en centre de rétention administratif car son visa avait expiré. Il assure que son titre de séjour est en cours de régularisation…

Nicolas Bonzom

— 

Illustration de la police aux frontière (PAF), ici à Toulouse en 2006.
Illustration de la police aux frontière (PAF), ici à Toulouse en 2006. — Frederic Scheiber/20 Minutes

Un rassemblement est prévu samedi (11h) devant les grilles de la préfecture de l’Hérault, à Montpellier, pour soutenir Ivan. Cet Argentin de 26 ans, compagnon de la sœur de Joaquim, l’étudiant tué le 2 novembre de deux coups de couteau dans la rue Saint-Guilhem, se bat avec les autorités pour éviter l’expulsion vers son pays d’origine.

>> A lire aussi : Un millier de personnes marchent en mémoire de Joaquim, tué à 20 ans

Venu assister en France aux obsèques du jeune Montpelliérain, l’homme, qui vit en Espagne, a été arrêté par la police des airs et des frontières,​ car son visa études et travail avait expiré. Pourtant, son titre de séjour est en cours de régularisation, assure-t-il.

Assigné à résidence

Les policiers ne veulent entendre, et le jeune homme est transféré aussitôt au centre de rétention administratif de Marseille. Il en sortira quatre jours plus tard, bénéficiant d’un vice de forme dans la procédure, mais reste depuis assigné à résidence à Montpellier.

« Ivan reste sous la menace d’une expulsion, s’indignent ses soutiens dans un communiqué. Il ne peut pas rejoindre l’Espagne pour régulariser sa situation […] Tout cela pour s’être rendu aux obsèques de son beau-frère Joaquim… »