Montpellier: Un proche de Joaquim, tué le 2 novembre, arrêté par la police aux frontières

FAITS DIVERS Il s’agit du compagnon de la sœur de la victime, venus de Madrid, dont le visa avait expiré…

N.B.

— 

Illustration de la police aux frontière (PAF), ici à Toulouse en 2006.
Illustration de la police aux frontière (PAF), ici à Toulouse en 2006. — Frederic Scheiber/20 Minutes

Un membre de la famille de Joaquim, l’étudiant de 20 ans assassiné le 2 novembre dernier de deux coups de couteau à Montpellier, dans l’Hérault, a été arrêté le 16 novembre dernier par la police de l’air et des frontières, rapporte Midi Libre.

>> A lire aussi : Ce que l'on sait de l'affaire du meurtre de la rue Saint-Guilhem

Un visa expiré

Il s’agit, indique le journal, du compagnon de la sœur de la victime, un étudiant de nationalité argentine. Le couple avait fait le déplacement depuis Madrid pour assister aux funérailles de Joaquim, qui ont eu lieu à Grammont. Le jeune homme a été interpellé alors qu’il repartait vers son pays de résidence : son visa d’études-travail avait expiré.

Le jeune homme a été envoyé vers un centre de rétention administratif à Marseille, et pourrait être expulsé vers l’Argentine, malgré une demande de titre de séjour déposé auprès des autorités espagnoles, aurait-il indiqué. L’étudiant argentin a finalement été libéré dimanche, en attendant son dossier soit examiné par le tribunal administratif.

>> A lire aussi : Un millier de personnes marchent en mémoire de Joaquim, tué à 20 ans