VIDEO. Miss Monde : «Je n'imaginais pas me retrouver dans le top 5», confie Aurore Kichenin

CONCOURS La Montpelliéraine de 22 ans, qui a représenté la France au concours, se confie à « 20 Minutes »…

Nicolas Bonzom

— 

Aurore Kichenin, lors du coup d'envoi du match MHR / Leinster, en octobre 2016.
Aurore Kichenin, lors du coup d'envoi du match MHR / Leinster, en octobre 2016. — N. Bonzom / Maxele Presse
  • Aurore Kichenin a terminé dans le top 5, samedi, à Miss Monde.
  • La Montpelliéraine de 22 ans est la première dauphine de Miss France.
  • La jeune femme est de retour ce mardi à Montpellier.

En accrochant une place dans le top 5, Aurore Kichenin, qui portait les couleurs de la France, a brillé sur la scène du concours Miss Monde, samedi, à Sanya, en Chine.

 

 

La Montpelliéraine, première dauphine de Miss France 2017, a atterri à Paris ce lundi, avant un retour à Montpellier mardi. 20 Minutes a recueilli ses premiers mots.

Comment allez-vous ?

Je me sens très bien, un peu fatiguée. Et pas mal nostalgique de quitter cette belle aventure, les copines, l’équipe de l’organisation… Mais je suis très heureuse de la finalité, et de tout ce que j’ai vécu pendant ces quelques semaines. Je n’imaginais pas me retrouver dans le top 5… Au moment où les quarante dernières ont été annoncées, puis les quinze, les dix, les cinq, cela va très vite, et je n’ai pas eu le temps de réaliser…

>> A lire aussi : VIDÉO. Miss Monde : Sylvie Tellier «plus que fière» du parcours d’Aurore Kichenin

On vous a senti déstabilisée par la question sur « la meilleure invention »…

Oui, un petit peu (Elle sourit). La question était un peu large, c’est vrai. Mais ce n’est pas tant la question qui m’a déstabilisée, mais plutôt l’utilisation de l’anglais. Avec le stress, la panique, je n’ai pas vraiment su trouver mes mots en anglais face au jury !

Miss Monde, c’est très différent de Miss France ?

Oui, ce sont deux aventures différentes, même si j’ai adoré participer aux deux. Nous avions, par exemple, assez peu de chorégraphies à Miss Monde pour le show final, contrairement à Miss France, où nous avions beaucoup de répétitions, les semaines qui précédaient étaient plus intenses. En France, le spectacle qui est diffusé à la télévision est plus impressionnant. A Miss Monde, paradoxalement, tout paraît plus petit. Mais on a voyagé partout en Chine pendant un mois, on a découvert des tas de cultures…

Miss France ou Miss Monde, qu’est-ce que ces expériences vous ont apporté ?

Cela m’a fait découvrir énormément de choses, culturellement. Personnellement, je crois que je suis moins timide qu’au début, je vais plus facilement vers les gens. Et professionnellement, ce sont des expériences qui ouvrent beaucoup de portes.

Aurore Kichenin, lors de Miss France, à Montpellier.
Aurore Kichenin, lors de Miss France, à Montpellier. - Damourette / Sipa

Justement, allez-vous poursuivre le mannequinat ?

Oui, je vais continuer, mais comme une activité, plutôt qu’un travail. Et dans le journalisme, si je parviens à faire mon petit chemin, je serai ravie. Je travaille déjà pour France 3 Occitanie et France Bleu Hérault, et cela me plaît énormément.

>> A lire aussi : VIDEO. Miss Monde : Qui est Aurore Kichenin, qui représente la France?

Appréhendez-vous votre retour à Montpellier ?

Cela va être émouvant. J’ai eu un énorme soutien pendant l’aventure, c’était très touchant. Mais la connexion était très compliquée en Chine, j’ai eu du mal à tout suivre !

Aurore Kichenin recevra jeudi (18 h) la médaille de citoyenne d’honneur de la ville de Montpellier, à l’hôtel de ville, avant le conseil municipal.