Montpellier: Le fabuleux destin du Skill, la dernière salle d'arcade de la ville

NOSTALGIE Ouvert en février 1964 par la famille Doumayrou, l’établissement de la rue de Verdun a traversé toute l’histoire du jeu, des flippers aux derniers hits en 3D…

Nicolas Bonzom

— 

Le Skill, dernière salle d'arcade encore en activité à Montpellier.
Le Skill, dernière salle d'arcade encore en activité à Montpellier. — N. Bonzom / Maxele Presse
  • Le Skill est la dernière salle d’arcade encore en activité à Montpellier.
  • C’est la famille Doumayrou qui l’a ouverte, en février 1964.
  • Malgré la concurrence du Web ou des consoles, l’établissement a tenu le choc.

Comme son voisin le Rockstore, le Skill fait partie du patrimoine montpelliérain. De nombreux Montpelliérains y ont laissé des souvenirs émus d’adolescence. Dans la rue de Verdun, cette salle d’arcade est l’une des dernières encore en activité en France, la dernière à Montpellier. Sous une lumière orangée très 1980’s, on y joue à Sega Rally 3, à Virtua Cop 3 ou on y teste sa puissance à ces fameux jeux de force…

Ouverte en février 1964 par les frères Doumayrou, une famille originaire d’Aveyron, le Skill a traversé toute l’histoire du jeu, des flippers aux derniers hits en 3D. Et si l’enseigne plantée dans le bâtiment a quelque peu vieilli, la salle est devenue mythique…

Un flipper au Skill à Montpellier.
Un flipper au Skill à Montpellier. - N. Bonzom / Maxele Presse

Flippers et baby-foots Bonzini

« Je revenais du service militaire, j’avais passé deux ans en Algérie, se souvient Marin Doumayrou, 79 ans. A cette époque-là, nous avions le monopole des cinémas à Sète… Mais c’était une activité très contraignante. Chaque jour, nous avions un agent des impôts, qui venait contrôler les tickets. En fouillant un peu, je me suis dit que des jeux, ce ne serait peut-être pas si mal… Et en effet : nous avons placé 18 machines, et avec elles, je me souviens que nous gagnions plus d’argent qu’avec deux cinémas réunis. »

>> A lire aussi : Super Nintendo Mini : Bienvenue en 1992, mais en mieux

Convaincue que ce divertissement encore balbutiant a de l’avenir, la petite famille se met à chercher activement un local à Montpellier. L’affaire sera conclue quelques mois plus tard : Chez Nénette, un restaurant de la rue de Verdun, s’en va. « C’était tout près des cinémas, et près de l’Odéon, l’ancien Rockstore, c’était l’emplacement idéal pour nous », reprend le septuagénaire. Avec ses flippers, ses Bonzini, « la Mercedes du baby-foot », et ses jeux importés de Chicago, le Skill fait tout de suite mouche à Montpellier.

Un baby-foot Bonzini au Skill à Montpellier.
Un baby-foot Bonzini au Skill à Montpellier. - N. Bonzom / Maxele Presse

« Il y avait au moins dix pièces en attente »

Yves Doumayrou, 47 ans, qui a aujourd’hui repris les rênes de la salle, ouverte par son père et ses oncles, avec son frère Marc, est « tombé dedans petit comme Obélix est tombé dans la potion magique », raconte cet ancien élève du lycée Mermoz.

>> A lire aussi : Nantes : Ils veulent recréer une salle d'arcade « comme avant »

« Au début, il y avait des jeux de tirs, on visait des ours, des canards. Puis, l’électronique est arrivée. Il y a eu Pong et les casse briques, en noir et blanc. Puis est arrivée la couleur, puis Pac-Man. Je me souviens d’un jeu, qui s’appelait Bubble Bobble. Sur la borne, il y avait au moins dix pièces de dix francs en attente. Les gens faisaient la queue pour jouer. C’était bon enfant, les clients discutaient, battaient des records, se défiaient. On disait parfois que les salles de jeux avaient mauvaise réputation, je ne l’ai pas senti. »

« On a tenu »

« Je fermais la salle à 3 ou 4 h du matin, j’allais dormir quelques heures, puis je rouvrais le matin à 10 h, reprend son père. C’était un succès terrible. » Mais les années passent rue de Verdun, des concurrents du Skill s’installent à Montpellier, rue Boussairolles ou sur la place de la Comédie. Puis ferment, les uns après les autres. Dans les années 1990, rares sont les foyers qui n’ont pas de console de jeux chez eux, et dans les années 2000, l’explosion d’Internet et des smartphones font souffrir les salles d’arcade.

>> A lire aussi : Les jeux en réalité virtuelle vont-ils ressusciter les salles d’arcade en réalité réelle ?

« Ça tombait doucement tous les ans, nos confrères ont fermé, nous, on a tenu. Mais c’était compliqué, raconte Yves Doumayrou. Chez vous, vous jouez à volonté. Chez nous, il faut mettre des pièces. » Poursuivant ses activités de vente de bornes d’arcade et de jeux automatiques en parallèle, la famille Doumayrou se renouvelle.

Aujourd’hui, seulement 150 m2 sur 600 sont consacrés à des jeux d’arcade, qui régalent encore les lycéens du coin. A côté, les propriétaires ont ouvert un Laser Quest qui fait le plein. Mais dans ses couloirs sombres, restent les souvenirs de ceux qui ont découvert ici les joies de Pong ou de Pac-Man, il y a plusieurs décennies…

Le Skill a ouvert en février 1964 à Montpellier.
Le Skill a ouvert en février 1964 à Montpellier. - N. Bonzom / Maxele Presse