Pyrénées-Orientales: Après l’intoxication de leurs enfants, la colère des parents sans réponse

SOCIETE Une trentaine d’élèves ont été hospitalisés jeudi pour une raison qui reste inconnue à ce jour. Les parents ne comprennent pas l’attitude et les conclusions de l’administration…

Jerome Diesnis

— 

Les parents sont persuadés que leurs enfants ont été victimes d'une intoxication au monoxyde de carbone, ce que rejette l'Agence Régionale de la Santé dans ses conclusions (illustration).
Les parents sont persuadés que leurs enfants ont été victimes d'une intoxication au monoxyde de carbone, ce que rejette l'Agence Régionale de la Santé dans ses conclusions (illustration). — VALINCO/SIPA

Que s’est-il passé jeudi au collège Gustave Violet de Prades ? Une trentaine d’enfants ont été hospitalisés après des malaises, des maux de tête et des maux de ventre. Des symptômes similaires mais une réponse des autorités qui tranche singulièrement avec la colère des parents d’élève. « Ce n’est pas une intoxication au monoxyde de carbone. Les taux contrôlés sont à la limite de la normale », explique à France Bleu Roussillon le médecin Olivier Glas de l’Agence régionale de la Santé. « On ne retient pas cette hypothèse ».

Les analyses sur l’eau et la nourriture ingurgités jeudi devraient être connues en début de semaine. « L’état des enfants ne présente aucune inquiétude, confirme Laurent Alaton, sous-préfet de Prades. On a affaire à un groupe d’adolescents avec leur fragilité et un certain mimétisme. Il est possible que nous n’ayons jamais d’explications rationnelles sur ce phénomène de groupe ».

« Ma fille était inconsciente. J’ai cru qu’elle était en train de mourir »

Ces explications ne convainquent pas plusieurs parents. Citée par France Bleu Roussillon, Laetitia, une maman, n’est absolument pas d’accord avec ces conclusions : « Les enfants ne vont pas bien. S’ils avaient été exposés plus longtemps, ils auraient eu des séquelles plus graves. Ce n’est le moment d’essayer de se couvrir et d’endormir les gens ».

La mère d’Ambre, toujours hospitalisée, explique à propos de sa fille de 13 ans « qu’il n’y a aucune garantie qu’elle retrouve l’usage de ses membres. J’ai retrouvé ma fille inconsciente… j’ai cru qu’elle était en train de mourir. Les médecins nous ont dit que c’était une intoxication au monoxyde de carbone. »