Catalogne: Le maire de Perpignan appelle à une médiation menée par Valls

DISCUSSION Manuel Valls s’était prononcé le 28 septembre contre une indépendance de la Catalogne...

20 Minutes avec AFP

— 

Des manifestants en faveur de l'indépendance de la Catalogne
Des manifestants en faveur de l'indépendance de la Catalogne — PINEDA DE MAR, ESPAGNE

Et si Manuel Valls était le médiateur idéal pour résoudre la crise entre l’Espagne et la Catalogne ? C’est l’idée du marie de Perpignan, qui estime que l’ex-Premier ministre a « une crédibilité et des racines à la fois espagnoles et catalanes ».

« Il faut une médiation de la France avec des hommes d’Etat comme Manuel Valls. Je fais donc appel à une médiation avec quelqu’un qui a été Premier ministre, qui a une crédibilité et qui a des racines à la fois espagnoles et catalanes, Manuel Valls », a indiqué lors d’un entretien téléphonique à l’AFP le maire de Perpignan Jean-Marc Pujol.

>> A lire aussi : Le gouvernement espagnol rejette toute médiation pour sortir de la crise

Vers une « sortie par le haut » ?

« Il faut dépasser le clivage » droite-gauche car « Madrid et Carles Puigdemont (le président indépendantiste catalan) ont besoin d’une sortie par le haut », a-t-il assuré.

Manuel Valls s’était prononcé le 28 septembre contre une indépendance de la Catalogne, qui supposerait selon lui « la fin de ce qu’est l’Europe » en tant qu’union d’Etats-nations. Ce dernier est né à Barcelone le 13 août 1962 d’une mère suisse italophone et d’un père artiste catalan. L’ancien candidat à la présidentielle de 2017, né Espagnol et naturalisé Français, a confié avoir vécu sa première manifestation à 14 ans, pour le « Statut » de la Catalogne, en 1977.

>> A lire aussi : Le chef de la police catalane devant la justice à Madrid

Le gouvernement espagnol avait rejeté mercredi l’appel du président indépendantiste catalan à une médiation tant qu’il continuerait à menacer de faire sécession. Carles Puigdemont avait fait appel à une médiation internationale, affirmant avoir reçu « plusieurs propositions » que Madrid n’avait pas acceptées.

>> A lire aussi : Carles Puigdemont, le gamin de Gérone qui rêve de l'indépendance de la Catalogne