VIDEO. Montpellier: Un homme s'accuse de la mort d'un enfant, mais aucun corps n'est retrouvé

FAITS DIVERS Le trentenaire a été mis en examen. Cependant, l’enquête est complexe: aucune disparition de mineur n’a été signalée ces derniers jours…

Nicolas Bonzom
— 
Un enquêteur de la police judiciaire (illustration).
Un enquêteur de la police judiciaire (illustration). — Elisa Frisullo / 20 Minutes
  • Un homme a été mis en examen et placé en détention provisoire à Montpellier.
  • Il a avoué des agressions sexuelles et la mort d’un jeune garçon.
  • Problème : aucune disparition d’enfant n’a été signalée.

C’est une affaire quelque peu déconcertante qui occupe les services de police, de gendarmerie et de justice de Montpellier depuis trois jours : un homme de 38 ans a été mis en examen pour des soupçons portant sur l’enlèvement, la séquestration, l’agression sexuelle et la mort d’un jeune garçon. Mais le dossier est bien plus épineux.

 

 

Tout débute dimanche, aux alentours de 18h30, lorsqu’un appel arrive sur les standards de la police : une dame confie qu’elle vient d’apercevoir un homme, dans sa voiture, près des terrains sportifs de Grammont, avec un jeune garçon, sur le siège passager. Selon son témoignage, l’enfant « ne bougeait pas, avait les yeux clos » et a « été recouvert ». C’est alors que le suspect aurait démarré brusquement avec son véhicule…

Des gestes pouvant « conduire à sa mort »

Quatre heures plus tard, grâce à sa plaque minéralogique, l’homme est interpellé, ivre au volant, à Castelnau-le-Lez, non loin de là. Les caméras de vidéosurveillance auront entre-temps permis de confirmer le témoignage de cette dame.

Trop alcoolisé, n’étant pas en état de s’exprimer, cet individu ne sera questionné que lundi matin. Pendant plusieurs heures, lors de sa garde à vue, il niera les faits. Mais mardi, les déclarations de cet homme, actuellement seul et sans travail, vont évoluer. « Il va admettre qu’il y a bien eu un enfant, qu’il explique avoir chargé dans son véhicule à proximité des terrains de jeux, explique Christophe Barret, procureur de la République de Montpellier. Puis, il indiquera qu’il ne le connaît pas, et qu’il aurait eu à son encontre des gestes sexuels. Et des gestes qui auraient pu conduire à la mort de cet enfant. »

Personne n’a signalé de disparition d’enfant

L’homme acceptera même de conduire les policiers dans un lieu où il aurait laissé l’enfant. Sur place, rien, aucun indice. Autre problème : aucune disparition d’enfant n’a été signalée ces dernières heures à Montpellier, ni même dans la région ou en France.

« Aucune famille n’a signalé la disparition d’un enfant, ce qui paraît assez peu vraisemblable », reprend le procureur. La police n’écarte cependant pas « une disparition temporaire » que les parents n’auraient pas remarquée, indique Jean-Michel Porez, directeur départemental de la sécurité publique. « Toutes les options sont envisagées. »

Une enquête a été ouverte

L’homme, à la personnalité perturbée, qui livre des déclarations parfois contradictoires, a été condamné à cinq reprises par la justice, trois fois pour des délits de conduite en état d’ivresse, deux fois pour des appels téléphoniques malveillants.

Une enquête a été ouverte pour tenter de comprendre ce qu’il s’est passé, dimanche, à Montpellier, si l’homme mis en examen dit bien la vérité, s’il a bien eu un enfant dans cette voiture à Grammont, et pourquoi personne n’a signalé sa disparition.