Montpellier: Stéphanie Jannin, ex-candidate LREM, jugée ce lundi pour prise illégale d’intérêt

JUSTICE Elle a été suspendue de ses fonctions de première adjointe à la mairie avant l’été…

Nicolas Bonzom

— 

Stéphanie Jannin, élue à Montpellier.
Stéphanie Jannin, élue à Montpellier. — N. Bonzom / Maxele Presse

Stéphanie Jannin, qui avait été suspendue de ses fonctions de première adjointe au maire de Montpellier avant l’été, sera jugée ce lundi après-midi devant le tribunal correctionnel de la ville pour des soupçons de « prise illégale d’intérêt ».

Sa convocation à comparaître lui avait été notifiée deux jours avant le 1er tour des élections législatives, où elle était candidate investie par LREM. Elle avait malgré tout maintenu sa candidature, et avait fini par échouer au 2e tour du scrutin, dépassée par la candidate de la France insoumise, Muriel Ressiguier.

>> A lire aussi : A Las Rébès, des « Zadistes » occupent le terrain jour et nuit

Jusqu’à 5 ans de prison

La justice reproche à l’élue d’avoir participé au vote de subventions pour une association présidée par son compagnon, rapporte France Bleu Hérault, et d’être intervenu dans un dossier qui concernait le cabinet d’architecture pour lequel elle travaillait.

La prise illégale d’intérêt est punie de 5 ans de prison et 375.000 euros d’amende.