Montpellier : Aurore, la candidate française à Miss Monde, est «aux anges»

CONCOURS Elle a été élue Miss Montpellier, puis Miss Languedoc-Roussillon et enfin première dauphine de Miss France…

Nicolas Bonzom
— 
Aurore Kichenin, Miss Languedoc-Roussillon, répète à Montpellier.
Aurore Kichenin, Miss Languedoc-Roussillon, répète à Montpellier. — V. Damourette / SIPA
  • Aurore Kichenin représentera l’Hexagone le 18 novembre en Chine.
  • Elle a été élue première dauphine de Miss France à l’Arena en décembre dernier.
  • La seule française élue Miss Monde, c’était en 1953.

Voilà près de deux ans que la vie d’Aurore Kichenin a quelque peu basculé. Une inscription à Miss Palavas-les-Flots « sur un coup de tête », puis Miss Montpellier, Miss Languedoc-Roussillon, et enfin, première dauphine de Miss France en décembre dernier à l’Arena : la demoiselle de 22 ans a gravi les marches les unes après les autres.

Et ce n’est peut-être pas encore tout à fait terminé : le 18 novembre prochain, en Chine, elle portera les couleurs de la France au 67e concours Miss Monde… La voici dans les pas de Denise Perrier, seule française sacrée dans cette compétition, en 1953.

Aurore, lors de son élection à Miss Montpellier 2016.
Aurore, lors de son élection à Miss Montpellier 2016. - N. Bonzom / Maxele Presse

« J’étais aux anges »

« C’est une année absolument incroyable pour moi, sourit la jeune étudiante en tourisme. Sylvie Tellier [la patronne de Miss France] m’avait dit que ce serait peut-être moi, mais ce n’était pas certain, j’attendais… Quand on m’a annoncé la nouvelle, j’étais aux anges. » Prochaine étape pour la Montpelliéraine, le départ le 16 octobre prochain vers Sanya, cité chinoise où se déroulera le show international, avant une intense préparation.

D’ici là, Aurore suit les conseils d’un coach pour être dans les meilleures dispositions le jour J, face à des dizaines de candidates venues des quatre coins de la planète : cardio et sophrologie au menu. Et à Miss Monde, elle devra s’atteler à un projet humanitaire. Elle a choisi l’eau. « J’aimerais m’investir sur l’apport d’eau, dans les pays du monde où il en manque, notamment en installant des puits dans les villages », note Aurore Kichenin.


Première (pour l’instant) des votes

Pour l’instant, la première dauphine de Miss France semble plutôt sereine à l’idée de défiler sous les flashs du monde entier. « La pression, elle est surtout due au fait que je ne sais pas vraiment à quoi m’attendre, car ce concours est très différent de celui de Miss France, souligne l’Héraultaise. Nous serons notamment jugées sur le sport, ou sur notre capacité à utiliser les réseaux sociaux et à interagir avec les internautes. »



Et en jetant un coup d’œil au site de Miss World, on a tout de même l’impression que les choses se présentent sous les meilleurs auspices pour Aurore Kichenin : tandis que les votes sont ouverts, la Montpelliéraine est… première des suffrages, avec 43,83 %. Même si, c’est vrai, toutes les miss n’ont pas encore été désignées. Mais tout de même ! Alors, la prochaine Miss Monde sera-t-elle Montpelliéraine ?