Nîmes: Il avait pendu un chien, il est menacé de mort sur les réseaux sociaux

FAITS DIVERS Depuis sa condamnation pour avoir pendu un chien, un Nîmois est la cible de menaces de mort sur les réseaux sociaux. Sa famille a saisi le procureur de la République…

B.C.
— 
Le Palais de Justice de Nîmes. (photo illustration)
Le Palais de Justice de Nîmes. (photo illustration) — Frank Fell / The Travel/REX/SIPA

Lors de son procès, en avril dernier, il avait déjà fait l’objet d’insultes et de menaces. Mais depuis sa condamnation à un mois de prison ferme pour avoir pendu un chien qui était mort étouffé, un Nîmois de 28 ans fait l’objet de nombreuses menaces de mort sur les réseaux sociaux, ainsi que sa famille.

Sa photo et ses coordonnées ont été diffusées notamment sur Facebook par des défenseurs de la cause animale et le procureur de la République de Nîmes a été saisi par ses parents indique Midi Libre.

Son ADN avait permis de l'arrêter

Selon le quotidien régional des poursuites pourraient avoir lieu contre les personnes ayant proféré des menaces à l’encontre de cet homme.

En février dernier, le cadavre de l’animal avait été retrouvé pendant au bout d’une sangle par le personnel s’occupant du ramassage des poubelles dans le quartier de quartier Puech-du-Teil. Au moment des faits, une mobilisation citoyenne avait eu lieu pour tenter de retrouver le coupable, avec une récompense de 1.000 euros. C’est finalement l’ADN du suspect, retrouvé sur la laisse, qui avait permis de l’interpeller.