Languedoc : Épuisés par les attaques de loups, 200 éleveurs de brebis montrent les crocs

AGRICULTURE Ils se sont mobilisés vendredi en haut du mont Aigoual...

Nicolas Bonzom

— 

Un loup gris (illustration).
Un loup gris (illustration). — AUSLOOS HENRI/SIPA

Le loup, ils n’en peuvent plus, et ils le font savoir. Quelque 200 éleveurs du Gard, de Lozère, d’Aveyron et de l’Hérault ont grimpé au sommet du mont Aigoual, vendredi, bravant les 1.567 mètres d’altitude et un mercure à 8 degrés pour dénoncer les attaques du grand méchant loup sur leurs troupeaux, relate Objectif Gard.

Catastrophe économique

« Quand on retrouve une jeune brebis égorgée en train d’agoniser au sol, les poumons à l’air, c’est dur », assène Marc Delpuech, président du syndicat des éleveurs, cité par le site d’actualité. Une angoisse quotidienne. Et une véritable catastrophe économique pour ces agriculteurs du Sud de la France lorsque le loup passe par là.

« On sait combien de bêtes on sort, mais on ne sait pas combien on va en rentrer », reprend l’un d’entre eux. En 2016 en France, 2.735 attaques de loups auraient fait 9.877 victimes dans les troupeaux. Et pour les éleveurs mobilisés vendredi en haut du mont languedocien, l’autorisation d’abattre une quarantaine de loups, ce n’est pas suffisant.