VIDÉO. Nîmes: TF1 choisit (encore) les arènes pour sa «Chanson de l'année»

TELEVISION L'émission musicale sera de retour dans la capitale du Gard pour la troisième fois...

Nicolas Bonzom
— 
Nikos Aliagas dans les arènes de Nîmes (en 2015).
Nikos Aliagas dans les arènes de Nîmes (en 2015). — Junior / Bestimage

En 2016, Jean-Yves de Linarès, producteur à DMLS TV, l’avait promis à 20 Minutes : « Je vais tout faire pour revenir en 2017 ». Il a tenu parole. La chanson de l’année, le show musical de TF1, sera de retour pour la troisième fois dans les arènes de Nîmes le 17 juin prochain. Et c’est toujours Nikos Aliagas qui sera aux manettes.

« C’est un endroit exceptionnel que j’ai découvert il y a une trentaine d’années en tant que producteur de spectacles. C’est l’un des plus beaux lieux du pays, qui allie histoire et modernité. Et c’est très télégénique », confiait il y a un an Jean-Yves de Linares, au sujet de l’écrin gardois, qui accueillera le temps d’un soir les gros vendeurs du moment.

Un impact sur les visites

Michaël Couzigou, le directeur des arènes de Nîmes. « C’est évidemment une extraordinaire nouvelle, confie Michaël Couzigou, le directeur des arènes de Nîmes. C’est une très belle opération de communication, et c’est pour cela que la ville renouvelle sa confiance. Je pense que l’émission a un réel impact sur les visites touristiques. »

Les propriétaires des commerces voisins, sont, eux aussi très heureux du retour de l’émission. « C’est une très bonne nouvelle pour le commerce, il y a toujours beaucoup plus de monde », confie le propriétaire d’un bureau de tabac. « Cela fait venir du monde, les gens sortent, mangent ou vont boire un coup après le spectacle, c’est bien pour la ville », reprend Bernard, qui tient une boutique de souvenirs à deux pas des arènes.

Cette année, il n’existe qu’une seule façon pour se procurer des places, indique la ville de Nîmes sur sa page Facebook : s’inscrire ici à partir du 1er juin à 10 h. Quant au casting, il est encore un peu tôt pour en parler. Mais TF1 n’aura sans doute pas beaucoup de mal à attirer celles et ceux qui ont marqué l’année musicale.