Législatives: Le Parti Socialiste en danger dans l’Hérault face à un électorat éclaté

ÉLECTIONS Dans l’Hérault, la Parti socialiste et son allié EELV avaient frisé le Grand chelem en 2012. Ils sont sous la menace du FN, en mesure de gagner plusieurs mandats, mais aussi de La République en marche et La France insoumise…

Jérôme Diesnis

— 

Emmanuelle Duverger, la femme de Robert Ménard, maire apparenté FN de Béziers, se présente aux législatives.
Emmanuelle Duverger, la femme de Robert Ménard, maire apparenté FN de Béziers, se présente aux législatives. — ALAIN ROBERT/APERCU/SIPA
  • Le Parti socialiste et Europe Ecologie Les Verts avaient raflé huit des neuf mandats de députés en 2012
  • Benoît Hamon a obtenu dans l’Hérault un score historiquement bas au premier de l’élection présidentielle
  • Implanté dans le biterrois et le bassin de Thau, le Front National est en mesure de gagner plusieurs circonscriptions

132 candidats. Les électeurs des neuf circonscriptions de l’Hérault devront choisir leur député parmi les 79 hommes et 53 femmes qui ont déposé leur candidature à la préfecture de l’Hérault.

Le PS peut perdre gros. Il y a cinq ans, le Parti socialiste avait frisé le Grand Chelem avec sept élus et une alliance avec Europe Ecologie Les Verts pour le huitième mandat (Jean-Louis Roumegas) sur la première circonscription. Seule la sixième lui avait échappé, après l’élection invalidée de Dolorès Roqué finalement battue par Elie Aboud (LR).  Dans un contexte national bouleversé, le Parti socialiste va cette fois tenter de limiter la casse. Benoît Hamon a réalisé dans le département un score aussi médiocre (5,77%) que dans le reste de la France. Cinq des députés sortants, à nouveau investis par le PS, vont tenter de conserver leur mandat. Anne-Yvonne Le Dain qui n’a pas obtenu l’investiture, se présentera en dissidente de Fatima Bellaredj, dans la deuxième circonscription, où les électeurs devront choisir parmi… 24 candidats !

Le PS n’a pas présenté de candidat dans la neuvième circonscription, face au risque du Front national.

Le FN en position de force. C’est l’une des interrogations de ce scrutin : le Front national peut-il remporter un ou plusieurs sièges ? Dans l’Hérault, le FN est arrivé en tête aux régionales et a placé Marine Le Pen devant ses adversaires lors du premier tour de l’élection présidentielle. Certes, Emmanuel Macron y est arrivé en tête au second avec le report des voix massif des électeurs de Jean-Luc Mélenchon et de François Fillon, mais le FN a réalisé de gros scores dans le Biterrois et autour du bassin de Thau. Le parti d’extrême droite est en mesure de remporter les septième, huitième et sixième circonscriptions, où se présentera Emmanuelle Ménard, la femme du maire de Béziers.

Saurel En marche! à Montpellier. Partout, La République en marche a présenté des candidats, dont un ancien socialiste, Patrick Vignal, député sortant (et investi dans un premier temps par le PS) dans la neuvième circonscription, celle de Lunel. Deux proches de Philippe Saurel, Patricia Mirallès et Stéphanie Jannin, figurent également parmi les candidats de la majorité présidentielle, à Montpellier.

>> A lire aussi : Législatives: L'épouse de Robert Ménard brigue un mandat de députée dans l'Hérault

La France insoumise espère aussi. Dans la préfecture, mais aussi l’arrière-pays, les scores de La France insoumise pourraient monter haut, si les candidats surfent sur la vague de Jean-Luc Mélenchon, porté en tête à la présidentielle dans 116 communes au premier tour. Notamment à Montpellier, où il avait réalisé son plus gros total (31,46% des suffrages exprimés) parmi les principales villes de France.