Rugby: Mohed Altrad dénonce des propos racistes tenus par d’autres présidents du Top 14

XENOPHOBIE Le président de Montpellier Mohed Altrad aurait été mis au courant de propos qu’il juge xénophobes, tenus en son absence lors de réunions de présidents de clubs professionnels à la ligue nationale…

Jerome Diesnis

— 

Mohed Altrad, entrepreneur franco-syrien et président du club de rugby de Montpellier, le 13 août 2015 à Montpellier
Mohed Altrad, entrepreneur franco-syrien et président du club de rugby de Montpellier, le 13 août 2015 à Montpellier — PASCAL GUYOT AFP

Dans une interview donnée au Figaro, Mohed Altrad dénonce le racisme dont feraient preuve certains dirigeants du Top 14 son égard. Et le silence qu’il juge complice du président de la Ligue Nationale de Rugby, Paul Goze. « Certains présidents de clubs professionnels me rapportent qu’un ou deux crétins, en réunion de la LNR, m’appellent de façon péjorative « le Bédouin » en présence de Paul Goze et que ce dernier ni ne réagit, ni ne dit quoi que ce soit », explique le président du MHR, président du groupe éponyme, né d’une famille bédouine en Syrie.

« Cela me blesse profondément, reprend-il. On touche à l’intime, à l’identité, à ce que je suis, à mon intégrité. Si ces propos qui me sont rapportés sont exacts, je dis clairement que ces individus font preuve de xénophobie et de racisme. J’ajoute de racisme primaire. »

Des rapports tendus avec Paul Goze

Montpellier accueille le Racing 92 samedi en barrages du Top 14. Les rapports sont très tendus entre d’un côté le président du club héraultais, et de l’autre ceux de la ligue (Paul Goze) et du Racing 92 (Jacky Lorenzetti).

>> A lire aussi : L'incroyable histoire de Mohed Altrad, entrepreneur mondial de l'année

Des discordances récurrentes, amplifiées par l’affaire de la fusion avortée entre le Stade français et le Racing. Le report du match entre Montpellier et les Franciliens, suite à l’annonce de cette fusion et la grève des joueurs entamés par le Stade français, avait décidé Paul Goze à repousser dans l’urgence la tenue de ces rencontres, ouvrant un bras de fer.