Nîmes: Sept personnes arrêtées en centre-ville après l'intervention du Raid

FAITS DIVERS Sept personnes ont été arrêtées à Nîmes après des échanges de tirs. Trois d'entre elles étaient retranchées dans un appartement du centre. Le Raid a donné l'assaut vers 14h30...

Jérôme Diesnis avec Caroline Politi
— 
Un policier du RAID .
Un policier du RAID . — AFP

L’opération du Raid est terminée dans le centre-ville de Nîmes où sept personnes ont été interpellées. Trois des personnes étaient retranchées dans un appartement de la rue de la République, l’une des principales artères de Nîmes, située à proximité des arènes. L'enquête a été confiée au SRPJ de Montpellier.

Le quartier était bouclé depuis environ midi par les forces de l’ordre, tout comme la rue Henri IV. La circulation des Trambus a été stoppée dans ce secteur.

Pas de prise d’otage comme le prétendait la rumeur

Tout serait parti quelques minutes plus tôt d’un échange de tirs dans le quartier populaire Pissevin où un groupe d’hommes se serait fait tirer dessus. Il s’agirait d’un règlement de compte selon une source proche de l’enquête, sans aucun lien avec le terrorisme. Indemnes, les personnes visées auraient alors pris en chasse les auteurs des coups de feu. Un autre tir a ensuite été entendu dans le quartier Montcalm, en centre-ville.

Quatre personnes ont été arrêtées par les forces de l’ordre après ces tirs. Trois autres ont tenté d’échapper aux forces de l’ordre et se sont réfugiées dans cet appartement de la rue de la République. Les policiers de l’antenne du Raid de Montpellier ont donné l’assaut vers 14h30 pour déloger les trois individus retranchés. La rumeur d’une possible prise d’otage, qui a immédiatement circulé sur les réseaux sociaux, était infondée.

Il y a quelques jours, des tireurs à la Kalachnikov avaient pris pour cible la façade d’une épicerie dans ce même quartier de Pissevin. On ne sait pas encore s’il y a un lien entre les deux affaires.

>> A lire aussi : Une épicerie de nuit visée par des tirs de kalachnikov