Montpellier: Elle ne peut pas voter car on lui annonce… qu’elle est décédée

ELECTIONS Une habitante de Mauguio, dans l’Hérault, a eu la mauvaise surprise d’apprendre qu’elle est morte en se présentant pour voter au premier tour des élections présidentielles…

Jérôme Diesnis

— 

Cimetière dans un village de France (illustration).
Cimetière dans un village de France (illustration). — ALLILI MOURAD/SIPA

Elle a dû se pincer pour y croire. Alors qu’elle sortait de l’isoloir et s’apprêtait à glisser son bulletin de vote dans l’urne dans sa commune de Mauguio, une ville proche de Montpellier, une femme a découvert qu’elle ne pouvait pas voter. Sur les listes électorales, impossible de retrouver son nom. Après de multiples recherches, Martine a appris la triste vérité : elle était morte. « Je n’existais plus sur les fichiers pour pouvoir voter. J’avais disparu car j’étais déclarée décédée », explique-t-elle à Midi LIbre.

Obligée de prouver qu’elle vit toujours

Cette fringante Melgorienne a semble-t-il été victime d’une macabre méprise. « J’ai été confondue avec une personne malheureusement décédée en avril à Castelnau-le-Lez portant le même nom que moi ». Il y a donc eu méprise du côté de l’Insee, en charge du fichier général des électeurs. On l’image, c’est assez troublant d’apprendre son propre décès…. « On le prend à la rigolade au départ. Il y a le choc et le gag, mais par la suite quand on voit les conséquences, ça touche très profondément. » Rayée de l’Insee et donc des listes électorales, elle risque de l’être également à la sécurité sociale, des caisses de retraite, de sa banque...

>> A lire aussi : Présidentielle: Celles, le village héraultais qui n’aime ni Le Pen, ni Macron

Elle doit donc se rendre au Tribunal de Grande Instance de Montpellier afin de prouver qu’elle est bien vivante. Une situation ubuesque.