Présidentielle: Cinq choses qu'il faut retenir des résultats en Languedoc et en Roussillon

ELECTIONS « 20 Minutes » fait le point sur les enseignements de ce 1er tour dans la région…

N. Bonzom, avec J. Diesnis

— 

Un homme vote, dimanche, dans un bureau de Montpellier.
Un homme vote, dimanche, dans un bureau de Montpellier. — N. Bonzom / Maxele Presse

Dans les départements de l’ancien Languedoc-Roussillon, si le 1er tour des présidentielles a conforté dimanche les tendances qui se dessinaient lors des derniers scrutins, il a aussi apporté son lot de surprises. 20 Minutes fait le point sur les cinq enseignements du vote dans le Gard, l’Hérault, l’Aude et les Pyrénées-Orientales…

  • Le Gard reste (sans surprise) un bastion du FN…

Marine Le Pen fait le plein dans le Gard. Avec 29,30 % des voix, soit quatre points de plus qu’en 2012, la candidate du FN se place en tête dans le département, huit points devant Jean-Luc Mélenchon (21,61 %) et Emmanuel Macron (18,78 %). Mais dans les communes dirigées par l’extrême-droite, les scores vont encore au-delà.

>> A lire aussi : Où a-t-on voté le plus (et le moins) et pour qui ?

A Beaucaire, dont est le maire est Julien Sanchez (FN), le vote frontiste dépasse les 40 % au 1er tour de cette présidentielle (40,83 %), soit dix-huit points devant Jean-Luc Mélenchon (22,98 %), laissant Emmanuel Macron à 12,94 % (et Benoît Hamon à 3,05 %). A Saint-Gilles, d’où est issu le député Gilbert Collard, les ordres de grandeur sont les mêmes : 40,01 % pour Marine Le Pen et 19,24 % pour Jean-Luc Mélenchon.

Les résultats dans le département du Gard :

  • …. et l’ancien Languedoc-Roussillon aussi

Hormis la Lozère, fief historique de la droite traditionnelle, où François Fillon arrive en tête avec 22,82 % devant Emmanuel Macron (21,73 %), les départements de l’ex-Languedoc-Roussillon roulent pour Marine Le Pen : en plus du Gard, le FN est en tête dans l’Hérault (25,74 %), dans les Pyrénées-Orientales (30,02 %) et, surprenant, dans l’Aude (28,26 %), bastion PS historique, où Benoît Hamon recueille… 6,35 % des voix.

Sur la ville de Béziers, dirigée par Robert Ménard, Marine Le Pen fait le plein sans surprise avec 31,23 %, devant Jean-Luc Mélenchon (20,28 %). A noter que le FN fait des scores très importants dans les petites communes autour de la sous-préfecture héraultaise, faisant du Biterrois l’autre bastion du FN du Languedoc après le Gard.

  • Jean-Luc Mélenchon cartonne dans les grandes villes

Certaines grandes villes du Languedoc ont plébiscité en masse le vote Jean-Luc Mélenchon. Et c’est à Montpellier, dont le maire Philippe Saurel (divers gauche) soutient Emmanuel Macron, que la percée du leader de la France insoumise est la plus importante : Jean-Luc Mélenchon rassemble 31,46 % des voix, devant Emmanuel Macron (24,69 %), puis François Fillon (15,79 %) et Marine Le Pen (13,32 %).

>> A lire aussi : Présidentielle : A la plage, on a rencontré ceux qui n'en ont plus rien à faire des élections

« Depuis deux mois, on a senti que quelque chose se passait à Montpellier, de nouvelles personnes venaient aux réunions, beaucoup de jeunes, confie Muriel Ressiguier, l’une des chefs de file de la France insoumise à Montpellier, et candidate aux législatives sur la 2e circonscription de l’Hérault. Montpellier devient un bastion de nos idées en France. Mais ce n’est pas du tout aberrant, quand on analyse l’histoire de cette ville. »

Les résultats sur la ville de Montpellier : 

A Nîmes, commune du Gard dirigée par le Républicain Jean-Paul Fournier, le résultat est peut-être un peu plus surprenant : Jean-Luc Mélenchon se hisse à la première place, avec 23,99 %, devant Marine Le Pen, pourtant leader dans le département, avec 21,56 %. A Alès, autre grande ville du Gard, c’est la même chanson : la France insoumise se place première avec 26,43 %, devant le FN à 24,75 %. A noter que le vote Mélenchon fait d’importants scores dans de nombreux villages de l’Hérault, où il dépasse parfois les 50 % : 57,58 % à Cassagnols ou 55 % à Celles.

  • Le Parti socialiste s’effondre

Dans les départements de l’ex-Languedoc-Roussillon, Benoît Hamon fait encore moins que son score national : 5,77 % dans l’Hérault, 5,04 % dans les Pyrénées-Orientales et 4,87 % dans le Gard, soit à peu près autant que Nicolas Dupont-Aignan (4,23 %).

Dans l’Aude, le PS est à 6,35 %, soit autant que sur la France entière. Un score très étonnant, quand on sait que le département fut longtemps l’un des bastions socialistes en France. A titre de comparaison, François Hollande avait rassemblé 30,41 % des voix au 1er tour en 2012, Ségolène Royal, 30,70 % en 2007 et Lionel Jospin, 21,35 % en 2002. Longtemps, quand la France était bleue, l’Aude restait rose. Aujourd’hui, ce n’est visiblement plus la même histoire…

Les résultats dans le département de l'Aude :

  • Emmanuel Macron résiste dans les communes autour de Montpellier

Si dans l’Hérault, le Gard et les Pyrénées-Orientales, Emmanuel Macron, pourtant gagnant de la soirée du 1er tour au niveau national, ne joue que les troisièmes hommes, quand on zoome un peu, on s’aperçoit que le leader d’En Marche résiste aux scores importants de Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon sur certains territoires de l’ancien Languedoc-Roussillon. Par exemple, dans 12 des 31 communes de la métropole de Montpellier, par exemple, Emmanuel Macron arrive en tête des suffrages.

A Castelnau-le-Lez, commune qui est pourtant dirigée par le sénateur-maire LR Jean-Pierre Grand, c’est En Marche qui est en tête, avec 27,56 %. Emmanuel Macron est également en première position dans les communes de Castries (24,44 %), à Clapiers (30,64 %), à Jacou (26,16 %), à Juvignac (23,73 %), au Crès (24,55 %), à Montaud (26,26 %), Prades-le-Lez (26,74 %), à Saint-Drézéry (26,15 %), à Saint-Géniès-des-Mourgues (24,23 %), à Saint-Jean-de-Védas (25,11 %) et à Sussargues (25,03 %).