Perpignan: Le couple à l’origine des émeutes condamné à de la prison ferme

JUSTICE Après la tentative d’arrestation qui s’était transformée en début d'émeute dans la cité Diaz, à Perpignan, le couple a été respectivement condamné à 6 et 18 mois de prison ferme…

Jérôme Diesnis
— 
Le marteau de la justice. Illustration.
Le marteau de la justice. Illustration. — PureStock - Sipa

La tentative d’arrestation avait viré à l’émeute. Poursuivi par un véhicule de police, le 17 avril, un homme recherché par la police pour s’être soustrait à son contrôle judiciaire avait pris tous les risques au volent de sa voiture, roulé à contresens, emprunté des sens interdits, grillé de stops et six feux rouges. « J’ai paniqué », a-t-il expliqué à l’audience.

>> A lire aussi : Perpignan: La foule protège deux fuyards, les policiers obligés de se replier

Une course-poursuite achevée après avoir percuté le véhicule de police et celui d’un particulier dans la cité Diaz, à Perpignan. Mais son arrestation avait été impossible. Sa femme, passagère du véhicule, avait harangué la foule. Une centaine de personnes menaçantes avaient contraint les policiers à remonter dans leur véhicule et faire demi-tour en laissant le couple s’enfuir. « Ce sont deux prévenus en totale dérive, dépassés par les événements qui ont démarré sur un simple conflit de voisinage qui a très largement dégénéré, rappelle Philippe Capsié avocat de la partie civile. Cette situation a été exacerbée par deux prévenus qui n’ont rien maitrisé. Le message de la justice, c’est un coup d’arrêt à cette dérive folle des deux prévenus. »

A l’origine, un conflit de voisinage

Tout est parti de l’agression de leurs voisins le 21 mai 2016 après des années de conflit entre ce couple de bergers et des propriétaires d’un centre équestre, dans le village de Corneilla-la-Rivière. 350 personnes du village avaient manifesté leur ras-le-bol en soutien des voisins agressés. A l’inverse, les proches du berger et sa femme criaient à l’islamophobie. Une trentaine de personnes s’étaient rassemblées en mars après l’interpellation de la bergère, en mars.