Languedoc et Roussillon: Coup de gel catastrophique pour les récoltes

AGRICULTURE Le thermomètre est descendu jusqu’à -3°C dans certaines zones agricoles du Languedoc et du Roussillon, mettant en péril la production des vignes et des arbres fruitiers…

Jerome Diesnis

— 

Unevigne en Languedoc. Illustration
Unevigne en Languedoc. Illustration — Jérôme Diesnis / Agence Maxele Presse

Le coup de gel dans la semaine, notamment dans les nuits de mercredi à jeudi, puis de jeudi à vendredi, a causé de très importants dégâts dans l’Ouest du Languedoc mais aussi en Roussillon. Les températures sont descendues jusqu’à -3° C dans la nuit ces derniers jours. Une catastrophe alors que la floraison des vignes avait quinze jours d’avance : « En 20 ans, je n’avais jamais connu une telle précocité », expliquait il y a une semaine un viticulteur de Nizas, dans l’Hérault, qui s’inquiétait à juste titre d’un coup de gel sur les vignes.

Très peu de professionnels assurés

« Ces gels touchent des grappes qui commençaient à se constituer et risquent donc de griller et de mourir », souligne Jérôme Despey, président de la Commission viticole du syndicat FNSEA. Dans l’Hérault, plus de 20.000 hectares ont gelé, soit l’équivalent d’un million d’hectolitres de vin, soit 20 % de la production. Une catastrophe pour une profession peu protégée contre les aléas climatiques. « Sur 800.000 hectares de vigne, seulement 15 % sont assurés contre les intempéries », souligne Frédéric Rouanet, le président du Syndicat des Vignerons de l’Aude. Les gels printaniers sont exceptionnels depuis quinze ans. Le fonds de calamité agricole financé par l’Etat, n’est activité que lorsque la totalité de l’exploitation est perdue.

>> A lire aussi : VIDEO. Présidentielle: «Il faut uniformiser les charges sociales et les règlements sur les produits phytosanitaires»

Les arboriculteurs sont eux touchés par ce coup de froid. Dans les Pyrénées-Orientales, où se concentrent de nombreux producteurs de nectarines, cerises ou abricots. « Je n’avais jamais vu un coup de gel à cette époque et de cette ampleur sur les fruits. On va perdre 50 à 70 % de notre récolte sur les arbres touchés », souligne Pierre Giovaneli, producteur à Ille-sur-Têt, cité par France bleu Roussillon.