Perpignan: La foule protège deux fuyards, les policiers obligés de se replier

COURSE-POURSUITE Alors qu’ils voulaient procéder à une arrestation après une course poursuite à Perpignan, les policiers auraient été contraints de fuir face à une centaine de personnes menaçantes…

Jérôme Diesnis

— 

Les policiers ont dû se freplier face à l'hostilité de la foule. (Illustration).
Les policiers ont dû se freplier face à l'hostilité de la foule. (Illustration). — Elisa Frisullo / 20 Minutes

Jets de pierres, de conteneurs de poubelle, de chaises… Alors qu’ils poursuivaient une voiture depuis plusieurs kilomètres, lundi, des policiers de Perpignan auraient été pris pour cible par de nombreux habitants des quartiers Vernet-Salanque et Diaz, selon L’Indépendant.

C’est le comportement suspect du couple à la sortie du commissariat qui a attiré leur attention. Une femme voilée en est sortie en courant pour rejoindre un homme qui s’est dissimulé le visage en apercevant les policiers avant de démarrer en trombe. L’homme au volant a alors multiplié les infractions, grillant trois feux rouges et roulant à contresens. La course-poursuite s’est achevée lorsque la voiture des fugitifs a heurté celle des policiers, puis celle d’un particulier.

Les fuyards identifiés

Les policiers ont identifié le berger de Corneilla-la-Rivière, en fuite après avoir violemment agressé des voisins avec lesquels il était en conflit depuis plusieurs mois, et sa compagne. Une marche avait été organisée dans cette commune des Pyrénées-Orientales située à une quinzaine de kilomètres de Perpignan, réunissant 350 personnes, pour réclamer des mesures et la fin des agressions physiques ou verbales du couple. Les défenseurs du couple parlent de leur côté d’un acharnement islamophobe.

Entre-temps, une fois arrivée dans le quartier, la passagère aurait harangué les habitants depuis la fenêtre du véhicule afin de leur demander de ralentir la course des policiers. Une fois la voiture des fuyards à l’arrêt, les forces de l’ordre ont tenté d’interpeller les deux individus. Mais malgré les renforts, ils ont dû faire demi-tour devant la foule hostile.

Des policiers blessés selon le syndicat Alliance

Le syndicat Alliance Police Nationale 66 « dénonce et condamne la répétition des actes violents à l’encontre des forces de l’ordre, ainsi que ceux qui tentent à entraver leur action. Et tient à féliciter les collègues intervenants pour leur professionnalisme et leur discernement, tout en souhaitant un prompt rétablissement aux policiers blessés ». Les deux occupants du véhicule en ont profité pour prendre la fuite à pied.