Narbonne: En garde à vue, elle demande que l’on appelle «son ami» Olivier Besancenot

INSOLITE La quinquagénaire, dont l’état psychologique n’a pas permis aux policiers de l’interroger, a également exigé que l’on appelle « son avocat »… Me Eric Dupond-Moretti…

N.B.

— 

Olivier Besancenot.
Olivier Besancenot. — JOBARD / SIPA

Une Narbonnaise a pris un peu d’avance sur le 1er-avril. Il y a quelques jours, un matin, elle avait subtilisé les clés de l’appartement d’un couple de personnes âgées, oubliées dans la serrure, les empêchant de rentrer chez eux…

C’est cette mauvaise blague qui a conduit cette femme de 50 ans en garde à vue au commissariat pour vols de clés et harcèlement, quelques heures plus tard.

Le service des abonnés du journal du NPA

Dès les premières minutes, elle demande que l’on contacte Me Eric Dupond-Moretti, le célèbre avocat pénaliste, relate L’Indépendant, qui s’est notamment occupé de Nikola Karabatic ou Jérôme Kerviel, sous les yeux médusés des policiers.

Ce n’est pas terminé. La quinquagénaire a continué à faire part aux policiers de son étonnant carnet d’adresses : elle prie les enquêteurs d’avertir un très bon ami à elle… Olivier Besancenot. Elle leur donne alors un numéro de téléphone…

Placée dans une unité spécialisée

Vérifications faites, il s’agit en réalité du service des abonnés du journal L’anticapitaliste, l’hebdomadaire du NPA. Lequel précise, note le quotidien, que cette femme les appelle régulièrement en tenant des discours totalement incohérents.

L’état psychologique de la mise en cause n’a pas permis de mener la garde à vue à son terme. Elle a été placée, note L’Indépendant, dans une unité spécialisée.