Béziers: Un détenu tente d'embrasser une surveillante de prison

FAITS DIVERS L’homme avait déjà été transféré d’une maison d’arrêt à une autre pour les mêmes raisons…

N.B.
— 
Illustration d'un gardien de prison.
Illustration d'un gardien de prison. — C. Villemain / 20 Minutes

Les surveillants de la maison d’arrêt du Gasquinoy à Béziers (Hérault) ont décidé de commencer le travail avec un quart d’heure de retard, ce lundi, rapporte France Bleu Hérault.

A travers leur débrayage, ils souhaitent dénoncer la tentative d’agression sexuelle dont a été victime l’une de leurs collègues, dimanche, en milieu de journée.

Un récidiviste

Vers midi, au moment de la promenade, un détenu a tenté d’embrasser à plusieurs reprises une surveillante stagiaire, âgée d’une vingtaine d’années. Cet homme avait été transféré dans l’Hérault de la prison de Rodez (Aveyron) pour les mêmes faits.

Les faits se sont déroulés lors du retour du détenu dans la cellule. Ce dernier, qui a été placé en quartier disciplinaire, a dû être maîtrisé par deux collègues pour protéger la victime, qui a déposé aussitôt une plainte.

Les surveillants de la prison dénoncent notamment de ne pas avoir été mis au courant des agissements de cet homme. « On aurait dû le placer dans une aile où il n’y a pas de personnels féminins et où la surveillance est renforcée », détaille l’un d’eux, interrogé par la station héraultaise.