VIDÉO. Montpellier: La faculté de médecine déménage... mais n'abandonne pas ses locaux historiques

UNIVERSITE Si une grande partie des enseignements et les locaux administratifs s’installent dans le nouveau campus à Occitanie, le bâtiment du centre-ville n’est pas abandonné…

Nicolas Bonzom

— 

La faculté de médecine en plein déménagement.
La faculté de médecine en plein déménagement. — N. Bonzom / Maxele Presse

A la faculté de médecine de Montpellier, la plus ancienne encore en activité en Europe (XIIIe siècle), on achève les derniers cartons. Depuis quelques jours, des camions de déménagement transfèrent les services administratifs de l’université vers le campus tout neuf sorti de terre à Occitanie, après deux ans de travaux…

Le déménagement de la faculté de médecine bat son plein à Montpellier.
Le déménagement de la faculté de médecine bat son plein à Montpellier. - N. Bonzom / Maxele Presse

Mais pas question d’abandonner pour autant les prestigieux locaux dans l’Ecusson : les élèves de deuxième et de sixième années continueront notamment à fréquenter l’étonnant endroit, où trônent des bustes et des portraits des prestigieux anciens de l’université montpelliéraine.

« Rien de commun avec une soutenance dans une faculté parisienne »

« C’est un lieu magique, note le professeur Michel Mondain, doyen de la faculté. Pour s’en imprégner, il est donc essentiel que les étudiants continuent de le fréquenter. »

Pas question, également, de soutenir les thèses ailleurs que dans la traditionnelle salle des actes, pièce maîtresse du bâtiment du centre-ville. « Il y a un décorum très particulier, l’étudiant porte la robe de François Rabelais, détaille le doyen Michel Mondain. Même 30 ans après, tous s’en souviennent encore. Cela n’a absolument rien de commun avec une soutenance dans une faculté parisienne… »

>> A lire aussi : Montpellier : Du théâtre pour aider les médecins à annoncer de mauvaises nouvelles

Près de l’hôpital Arnaud-de-Villeneuve, c’est une toute autre ambiance qui attend à partir de la rentrée prochaine les médecins de demain : cinq étages pour 11.000 m2 au total, avec notamment de nombreux plateaux de simulation, où les étudiants pourront se perfectionner à la réanimation ou l’accouchement. Cette faculté ultra-moderne n‘en oublie pas pour autant son passé : statues, portraits et autres clins d’œil devraient notamment souligner que le Clapas a une place de choix dans l’histoire médicale.