VIDEO. Montpellier : Entre hip-hop et reggae, Maïcee a gagné son sésame pour le Printemps de Bourges

MUSIQUE L’artiste héraultaise a remporté le tremplin Inouïs et se produira lors de l’événement le 20 avril…

Nicolas Bonzom
— 
Maïcee
Maïcee — Luc Jennepin

Pour Maïcee, c’est un rêve qui se réalise. « Un truc de fou », s’exclame-t-elle. A 18 ans, l’auteur et interprète montpelliéraine, lauréate du concours Disk’Air 2015, a remporté le tremplin des Inouïs. Un sésame qui lui permettra de se produire le 20 avril au prestigieux Printemps de Bourges. « Si je peux me faire repérer, c’est génial, espère-t-elle. Il paraît que c’est le public des découvertes est rempli de professionnels… »

« Je chante depuis toute petite, confie la jeune artiste héraultaise, qui concilie ses études d’ingénieur et sa carrière naissante. Depuis deux ans, j’écris mes propres textes. J’en avais un peu marre de chanter les chansons des autres. J’ai commencé à gratter quelques mots, puis quelques phrases, puis c’est venu tout seul, comme ça. »

Un DJ et un saxophoniste

Dans ses morceaux, disponibles pour l’instant sur Internet, Maïcee distille un son détonnant, entre hip-hop, dub et reggae. Un subtil mélange hérité des disques écoutés plus jeune, entre musique anglophone, hip-hop américain « old school », et rock.

Un EP devrait venir couronner sa participation au 41e Printemps de Bourges. « Je serai accompagnée par un DJ et un saxophoniste », détaille la Montpelliéraine, qui a fait ses débuts avec l’association Uni’Sons dans le quartier de la Paillade, une structure qui transmet son savoir-faire en matière de culture rap depuis de nombreuses années auprès des jeunes de 12 à 25 ans. « C’est grâce à eux, assure-t-elle. Je leur dois tout. »