Le déplacement de l'autoroute A9 s'achève.
Le déplacement de l'autoroute A9 s'achève. — Vinci Autoroutes

TRANSPORTS

Montpellier : L'ouverture de la nouvelle A9 marquera-t-elle la fin des bouchons ?

Pour les élus de la métropole, le déplacement de l'autoroute doit être complétée par les contournements est et ouest de la ville...

Même Bernard Cazeneuve y est allé de sa petite allusion. « Je commençais à en avoir assez, chaque été, des embouteillages entre le domicile de ma tante à Bouzigues et celui de ma mère, à Saint-Geniès-de-Malgoirès », a ironisé vendredi le premier ministre lors de l’inauguration du déplacement de l’A9 à Montpellier. Car avec la fin de ce gigantesque chantier, les usagers espèrent enfin voir les bouchons s’éloigner…

>> A lire aussi : Montpellier : Prix, vitesse, mise en service... Trois questions sur la nouvelle autoroute A9

Mise en service en 1967, l’A9 accueille aujourd’hui 100.000 véhicules par jour et jusqu’à 170.000 l'été. Conséquences : des entrées de Montpellier engorgées aux heures de pointe, des files de véhicules à n’en plus finir et des comportements dangereux. Pour Vinci Autoroutes, maître d’oeuvre et financeur unique du projet (800 millions d’euros), le déplacement de l’A9 garantira à coup sûr la fluidité de la circulation de transit.

Le schéma de la nouvelle disposition de l'A9 et de l'A709.
Le schéma de la nouvelle disposition de l'A9 et de l'A709. - Vinci Autoroutes

Les contournements est et ouest

L’idée est simple : l’autoroute actuellement en service, rebaptisée A709, sera doublée d’un autre axe de 2 x 3 voies. En arrivant à Baillargues ou à Saint-Jean-de-Védas, il y a aura deux possibilités : poursuivre sur l’A9, pour ceux qui ne souhaitent pas entrer à Montpellier, ou emprunter l’A709, afin de séparer le trafic local et le flux de l’A9. Selon l’entreprise, à terme, 50 % des véhicules utiliseront la nouvelle autoroute.

Mais le projet permettra-t-il seul d’améliorer le trafic, considérablement chargé ? Pour Philippe Saurel (divers gauche), maire et président de la métropole, si Montpellier récupère, enfin, « le boulevard périphérique qu’elle espère depuis 30 ans », il faudra tout de même « poursuivre » le travail, en abordant notamment les très attendus contournements est et ouest de la ville. Et relier directement l’A750 à l’A9. « Afin que Montpellier puisse bénéficier d’une ceinture digne de ce nom », souligne l’élu.

>> A lire aussi : Montpellier : Vingt ans après, revoilà le projet de contournement ouest de la ville

Le péage de Montpellier-Gallargues.
Le péage de Montpellier-Gallargues. - Vinci Autoroutes

Une étape dans l’amélioration du trafic

Dans les communes bordées par l’A9, Isabelle Guiraud (divers droite), maire de Saint-Jean-de-Védas, espère aussi que le contournement ouest sera réalisé au plus vite, tandis que Cyril Meunier (divers gauche), le maire de Lattes, assure que le projet ne réglera pas les problèmes d’entrées et de sorties de Montpellier, le matin et le soir.

Le déplacement de l’autoroute A9 semble donc n’être, pour les élus du coin, qu’une étape dans l’amélioration du trafic et la disparition des bouchons. Et il faudra attendre de longues années avant que la ville de Montpellier ne soit dotée d’un véritable « périph ».

En attendant, la nouvelle A9 doit ouvrir une fois les visites de sécurité effectuées. Chez Vinci, on espère « avant l’été, même avant la fin du printemps ». Peut-être fin avril.