Le quartier de la Mogère, en projet près d'Odysseum.
Le quartier de la Mogère, en projet près d'Odysseum. — XDGA

AMENAGEMENT

Montpellier : L'université Paul-Valéry dans le quartier de la Mogère ?

C’est un projet du maire Philippe Saurel. La faculté rejoindrait ainsi la nouvelle gare TGV, Business School et le bâtiment de la French Tech…

Philippe Saurel (divers gauche) a évoqué le projet pour la première fois en préambule du dernier conseil municipal, le 23 février dernier : « Je proposerai à l’université Paul-Valéry, qui est à l’étroit dans ses locaux, d’installer une partie de son campus sur le quartier Cambacérès », a expliqué le maire de la ville et président de la métropole.

>> A lire aussi : VIDEO. Montpellier : La future gare TGV de la Mogère sera-t-elle «la risée de l'Europe entière» ?

Cambacérès, c’est le nouveau nom d’Oz, le quartier de la très controversée gare TGV de la Mogère, en construction à deux pas d’Odysseum. L'université Montpellier-III rejoindrait ainsi l'école de commerce Business School, un centre de formation des apprentis ou encore le futur bâtiment « totem » de la French Tech.

La déclaration de Philippe Saurel, à écouter à partir de la 17ème minute.

 

« Une bonne chose »

Pour Julie Fajol, présidente de l’Adem-III, association des étudiants de Montpellier-III, il s’agit d’une « idée intéressante ». « A Paul-Valéry, nous sommes vraiment dans une université sous-dotée, en termes de surface, par rapport au nombre d’étudiants, assure-t-elle. Si l’on peut faire en sorte que les étudiants puissent se sentir un peu mieux, c’est une bonne chose. Cette idée, c’est très bien aussi pour l’attractivité de la ville. »

Au Scum, le syndicat de combat universitaire de Montpellier, on n’est pas vraiment du même avis. « C’est vrai, nous sommes très à l’étroit, souligne Fabien Bon. Mais plutôt que d’envoyer des étudiants à l’autre bout de Montpellier, pour justifier un projet immobilier, nous sommes plutôt pour une mutualisation des moyens avec la faculté de sciences, qui est très grande, et qui présente l’avantage d’être… juste à côté. »

Les difficultés liées à la capacité du campus sont réelles : la faculté de lettres a été construite dans les années 1960 sur une dizaine d’hectares pour accueillir 6.000 à 7.000 étudiants au départ… Aujourd’hui, ils sont près de 20.000. Si elle est validée par l’ensemble des partenaires, l’implantation de l’université Montpellier-III à l’ancien Oz ne devrait malgré tout pas être scellée avant de longues années.