Nîmes: Une formation aux premiers secours pour les amoureux des chevaux

EQUITATION Classequine propose d’enseigner aux cavaliers les gestes qui pourraient sauver leurs montures en cas de problème…

Nicolas Bonzom

— 

Pauline Cantet, vétérinaire, a fondé Classequine avec Bruno Faour.
Pauline Cantet, vétérinaire, a fondé Classequine avec Bruno Faour. — Classequine

Avoir un cheval, cela ne s’improvise pas… Et nombreux sont les propriétaires, notamment les particuliers, qui se retrouvent démunis quand leur monture n’a pas la grande forme… C’est fort de ce constat qu’est née à NîmesClassequine, qui dispense aux amateurs de chevaux des formations pour maîtriser certains gestes essentiels.

« Lorsque leur animal est malade, il est souvent difficile d’être là dans les dix minutes, explique Pauline Cantet, vétérinaire, qui a fondé cette entreprise avec son compagnon et associé Bruno Faour. Ils se retrouvent alors démunis à improviser une piqûre avant que l’on soit sur place… Ou après notre départ, pour changer un pansement… »

« Gérer les urgences »

En s’appuyant sur un réseau de vétérinaires sur toute la France, l’objectif est de proposer aux fanas d’équitation des petites formations de quelques heures pour apprendre les gestes qui sauvent : renouveler un pansement, administrer une injection antibiotique ou encore un traitement oculaire à sa monture…

« Notre idée n’est surtout pas de se passer d’une consultation, mais plutôt d’éviter d’appeler le vétérinaire pour pas grand-chose, ou de gérer les urgences en l’attendant », note Bruno Faour, cofondateur de Classequine. L’entreprise est déjà présente dans une vingtaine de départements en France. Les inscriptions se font directement sur le site.