EN IMAGES. Montpellier: Le grand lifting du Polygone

COMMERCES Le vieillissant centre commercial sera rénové à partir de 2018, pour une ouverture en octobre 2019…

Nicolas Bonzom
— 
Le Polygone, vu du côté de la Comédie.
Le Polygone, vu du côté de la Comédie. — Projet Polygone

Il est vrai que le Polygone, construit en 1975 sur un ancien site militaire, est quelque peu vieillissant. Situé à deux pas de la Comédie à Montpellier, le centre commercial souffre d’ailleurs de la concurrence des zones périphériques, plus grandes, plus belles, plus accessibles : environ 20 à 25 % de son chiffre d’affaires se serait envolé, confie la Socri, son propriétaire, depuis l’implantation d’Odysseum.

C’est donc un impressionnant lifting du Polygone qui a été dévoilé ce mardi. « Le Polygone va devenir une grande rue marchande qui fera la connexion entre la Comédie et le quartier d’Antigone », confie le maire Philippe Saurel (DVG). C’est la première depuis l’arrivée du troisième étage, en 1996, que l’on touche au Polygone.

La verrière remplacera le toit actuel du Polygone.
La verrière remplacera le toit actuel du Polygone. - Projet Polygone
A l'intérieur du Polygone, les boutiques seront plus grandes.
A l'intérieur du Polygone, les boutiques seront plus grandes. - Projet Polygone

Des terrasses extérieures

Pour Jean-Paul Viguier, l’architecte de cette rénovation, qui coûtera quelque 50 millions d’euros, l’idée, c’est « d’ouvrir le centre commercial sur la ville ». Avec une verrière à 16 mètres de haut pour remplacer le toit, un agrandissement de la hauteur des boutiques, des accès réinventés, et le développement de terrasses extérieures, notamment sur le parvis côté Comédie et aux Echelles de la ville, côté Antigone. Le chantier devrait débuter début 2018, et le nouveau Polygone devrait ouvrir ses portes en octobre 2019.

Des terrasses extérieurs et des espaces publics supplémentaires côté Comédie.
Des terrasses extérieurs et des espaces publics supplémentaires côté Comédie. - Projet Polygone

Mais la rénovation ne signifie pas que le projet d’extension est mis sous le tapis. Mais ce sera « dans un deuxième temps », assurent en chœur Philippe Saurel et Henri Chambon, président de la Socri, représentant des copropriétaires du Polygone, qui n’écarte pas l’idée de l’arrivée dans quelques années d’un cinéma ou d’un casino.