VIDEO. Montpellier : Avec «Indice 50», six anciens étudiants de l'ESMA s'envolent pour les Oscars

ANIMATION Leur court-métrage sera primé à la fin du mois dans une catégorie additionnelle de la prestigieuse cérémonie, à Los Angeles...

Nicolas Bonzom

— 

Indice 50 raconte l'histoire d'une famille aux prises avec un moustique.
Indice 50 raconte l'histoire d'une famille aux prises avec un moustique. — Indice 50

En donnant naissance à Indice 50, un petit film d’animation réalisé dans le cadre de leur formation, ils étaient loin de penser qu’ils allaient s’envoler, quelques mois plus tard, pour Los Angeles : le court-métrage de six anciens étudiants de l’ ESMA de Montpellier, l’Ecole supérieure des métiers artistiques, a tapé dans l’œil du jury des Oscars Nominated Short Films, une catégorie additionnelle de la prestigieuse cérémonie…

Le film, qui raconte l’histoire d’une famille aux prises avec un moustique des plus hargneux sur une plage bondée, fait partie des cinq projets, parmi les milliers de candidatures dans le monde, qui vont être primés à la fin du mois de février.

Une « vraie récompense »

« Quand on a appris la nouvelle, on n’y croyait pas, assure Mégane Fumel, 22 ans, qui travaille aujourd’hui sur le très attendu Croc-Blanc, chez Solidanim, à Angoulême. On a tous bossé à fond sur ce film, c’est une vraie récompense. »

Pour Mathieu, 23 ans, qui a dessiné les personnages à l’esprit des BD franco-belges d’Indice 50, fouler les coulisses des Oscars ne peut être que bénéfique. « Faire des rencontres, découvrir comment fonctionne l’industrie du cinéma américain… C’est forcément une expérience incroyable pour nous », confie le jeune homme, qui a décroché à sa sortie de l’école montpelliéraine un poste chez Cube Creative, à Paris.

Et cette année, les couleurs de l’Occitanie seront plutôt très bien représentées outre-Atlantique : le jury de sélection a également choisi de couronner Asteria, un film réalisé par six anciens de… l’ESMA de Toulouse ! L’histoire de deux astronautes qui partent à la conquête d’une planète inexplorée. Durant plusieurs semaines, les deux courts-métrages seront projetés dans plus de 600 cinémas américains, et 200 partout dans le monde, avant d’être publiés sur des plates-formes de vidéo à la demande.