Occitanie: A peine dévoilé, le logo de la région attaqué en justice par les Catalans

JUSTICE Le parti Unitat catalana souligne que l’héraldique traditionnelle de la culture n’est pas présente sur la nouvelle identité visuelle…

Nicolas Bonzom
— 
Le logo de la région Occitanie
Le logo de la région Occitanie — Léa Filipowicz / Région Occitanie

Le feuilleton Catalans contre la région Occitanie est loin d’être terminé. Cinq jours après que la collectivité ait dévoilé son nouveau logo, voilà qu’il est attaqué en justice par un mouvement catalan. Une identité visuelle, réalisée par une jeune graphiste, qui est farouchement rejetée par les militants catalans comme 20 Minutes le montrait lundi.

Selon le journal L’Indépendant, le parti Unitat catalana, va déposer un recours devant le tribunal administratif de Toulouse. Selon le mouvement politique catalaniste, le cahier des charges de l’appel d’offres n’a pas été respecté : « l’héraldique catalane devait être présente », explique Jaume Roure, du parti, au quotidien régional.


Les « couleurs sont à l’envers »

Or, selon Unitat catalana, les couleurs sont à l’envers et les quatre barres n’y sont pas. Il y a un point en guise de quatrième barre. Des imprécisions qui avaient déjà été pointées du doigt par Jordi Vera, chef de file de « Oui au pays catalan » et Sébastien Ménard, le porte-parole de L’Olivier. Mais ce n’est pas tout : le parti s’offusque également de la formule « Une nouvelle identité fédératrice », mis en avant par la collectivité lors de la présentation du nouveau logo. Ce serait une « provocation » supplémentaire.

Un drapeau catalan flotte à Barcelone le 4 avril 2014
Un drapeau catalan flotte à Barcelone le 4 avril 2014 - Josep Lago AFP

Il y a quelques mois, l’annonce du nouveau nom de la région Occitanie, avait suscité la colère des citoyens et des militants catalans des Pyrénées-Orientales, mais aussi celle des élus locaux, dont certains ont fait inscrire l’appellation « Pays catalan » sur les panneaux d’entrée de leurs communes. Certains catalanistes demandent aujourd’hui que le territoire obtienne un statut particulier, comme la Corse ou le Pays Basque.