VIDEO. Affaire des paris: Après les frères Karabatic, le MHB va aussi se pourvoir en cassation

JUSTICE Pour Rémy Lévy, le co-président du club, déclaré irrecevable en tant que partie civile, l'affaire a soulevé « quelque chose d'assez grave »...

Nicolas Bonzom
— 
Michèle Tisseyre, avocate du MAHB, et Rémy Lévy, le président du club (Archives).
Michèle Tisseyre, avocate du MAHB, et Rémy Lévy, le président du club (Archives). — N. Bonzom / Maxele Presse

Il n’y a pas que les frères Karabatic que l’arrêt de la Cour d’appel de Montpellier a déçu. Ce mardi, le co-président du MHB, Rémy Lévy, a lui aussi annoncé que le club, déclaré irrecevable en tant que partie civile, allait se pourvoir en cassation, dans l’affaire des paris présumés suspects, qui agite le monde du handball depuis cinq ans.

>> A lire aussi : Affaire des paris : Après leurs condamnations, les frères Karabatic se pourvoient en cassation

Dans une interview à TV Sud, Rémy Lévy en fait « une question de principe ». « Ce n’est pas une question financière, confie le co-président, qui était déjà là lorsque l’affaire a éclaté. On a beaucoup souffert de cette affaire. Il y a eu un préjudice important. »

« Quelque chose d’assez grave »

Le 1er février, la justice a condamné les protagonistes de l’affaire à de plus lourdes peines qu’en première instance. Luka et Nikola Karabatic ont écopé de deux mois de prison avec sursis et 10.000 euros d’amende. Les peines les plus fortes ont été prononcées à l’encontre du buraliste Nicolas Gillet et du joueur Mladen Bojinovic, condamnés à quatre mois de prison avec sursis et 40.000 et 20.000 euros d’amende.

>> A lire aussi : VIDEO. Affaire des paris : Pour les avocats des frères Karabatic, «le match continue»

Pour Rémy Lévy, l’affaire a soulevé « quelque chose d’assez grave ». « Cette décision d’appel a confirmé ce que nous craignions tous, le fait que tous ces enjeux importants aient été faits parce qu’il y avait une connaissance acquise du gain et du résultat à la mi-temps. C’est quelque chose d’assez grave au niveau de l’éthique et de la morale du sport. » Après l’affaire des paris, le MHB, alors MAHB, avait perdu une partie de son équipe, ainsi que des sponsors, et son image avait été sérieusement égratignée.