Hérault : Le premier itinéraire protégé mis en place entre Mèze et Marseillan

SECURITE ROUTIERE Désormais, sur ce tronçon, les radars pourront être changés de place sans en avertir les automobilistes...

Nicolas Bonzom

— 

Illustration d'un radar de tronçon, à Bordeaux, qui permet de contrôler la vitesse de circulation moyenne.
Illustration d'un radar de tronçon, à Bordeaux, qui permet de contrôler la vitesse de circulation moyenne. — SERGE POUZET/SIPA

Les automobilistes héraultais les plus observateurs l’auront peut-être remarqué : un « itinéraire protégé » a été mis en place, sur la route départementale 51, entre Mèze et Marseillan, sur le littoral. Il s’agit du premier dispositif de ce type à rentrer en vigueur dans le département de l' Hérault.

Sur ces itinéraires, des radars autonomes sont implantés « de manière aléatoire, et déplacés régulièrement », indique-t-on à la préfecture.

Quatre morts en cinq ans

Mais ce qui change, c’est que les usagers de la route ne seront plus tenus au courant des lieux d’implantation exacts des radars sur le tronçon. « L’incertitude des conducteurs sur le positionnement doit inciter à respecter la vitesse maximale tout au long de l’itinéraire », reprend la préfecture.

L’objectif est de lutter contre les comportements de certains usagers qui ralentissent à l’approche d’un radar pour mieux ré-accélérer après… Sur cette route, limitée à 90 km/h, réputée accidentogène, sur les cinq dernières années, huit accidents dus à une vitesse excessive s’y sont produits et ont entraîné quatre décès et trois blessés graves.

Selon la préfecture, sur les deux premiers mois d’implantation, l’itinéraire aurait déjà protégé démontré son efficacité : le pourcentage des excès de vitesse aurait été réduit de 25 % à 2 % des usagers.