VIDEO. Affaire des paris: Pour les avocats des frères Karabatic, «le match continue»

JUSTICE Les stars du handball, condamnés à deux mois de prison avec sursis et 10.000 et 15.000 euros d’amende, et les treize condamnés ont cinq jours pour se pourvoir en cassation…

Nicolas Bonzom
— 
Nikola Karabatic et l'un de ses avocats, à l'ouverture du procès en appel.
Nikola Karabatic et l'un de ses avocats, à l'ouverture du procès en appel. — N. Bonzom / Maxele Presse

Trois jours après avoir été sacrés champions du monde, les handballeurs Nikola et Luka Karabatic écopent de deux mois de prison avec sursis et 10.000 euros d’amende chacun, dans l’affaire des paris présumés suspects, qui secoue le handball depuis 2012.

>> A lire aussi : Affaire des paris : Nikola Karabatic condamné à deux mois de prison avec sursis et 10.000 euros d'amende en appel

L’arrêt, rendu ce mercredi après-midi par la Cour d’appel de Montpellier, a été bien plus sévère que les peines prononcées en première instance par le tribunal correctionnel : à l’époque, les frères avaient écopé respectivement de 10.000 et 15.000 euros d’amende.

Mickaël Robin blanchi

L’ex-joueur du MAHB Mladen Bojinovic et le buraliste Nicolas Gillet, présentés comme les pivots de l’affaire, repartent avec les plus lourdes condamnations : quatre mois de prison avec sursis pour chacun, et respectivement 20.000 et 40.000 euros d’amende.

C’est la première fois que des peines de prison avec sursis sont prononcées à l’égard de ceux qui ont parié des sommes importantes sur la défaite à la mi-temps du MAHB, face à Cesson, en mai 2012. Première fois également qu’un protagoniste est blanchi : Mickaël Robin, ancien gardien de but de Montpellier, a été relaxé. « La décision est logique », confiait Me Marc Gallix, son avocat, mercredi. sur les marches de la Cour d’appel.

L’image de Nikola Karabatic est-elle écornée ?

Du côté de la défense des frères Karabatic en revanche, les mines étaient bien moins réjouies. « Symboliquement on a voulu frapper fort avec des peines de prison avec sursis. C’est une décision qui appelle à mon avis à continuer le combat », soulignait à la sortie de la Cour d’appel Me Jean-Marc Darrigade, l’avocat des stars du handball. « Le match continue, a repris Me Philippe Nemausat, leur autre avocat. On a perdu qu’une bataille, on n’a pas perdu la guerre. » Pour la défense, il n’y a aucune raison que Nikola et Luka Karabatic soient condamnés pour complicité d’escroquerie. Les frères, comme les treize autres condamnés, ont cinq jours pour se pouvoir en cassation.

Pour la Française des jeux, qui est partie civile, Me Thierry Herzog a souligné qu’il s’agissait d’une « affaire grave », évoquant des sportifs, dont « les jours se suivent et ne se ressemblent pas », qui « donnent un bien mauvais exemple »… L’image de Nikola Karabatic serait-elle écornée ? « Elle est inaccessible, on ne peut pas la ternir », a assuré l’avocat du champion, Me Philippe Nemausat.