Affaire des paris: Ce qu'il faut comprendre avant la décision de la Cour d'appel

HANDBALL Les stars du handball Nikola et Luka Karabatic, à peine sacrés champions du monde, ainsi que 14 autres prévenus, seront fixés sur leur sort ce mercredi à 14h...

Nicolas Bonzom
— 
Nikola Karabatic et sa compagne, à leur arrivée, ce lundi.
Nikola Karabatic et sa compagne, à leur arrivée, ce lundi. — N. Bonzom / Maxele Presse

Trois jours après avoir été sacrés champions du monde, la justice rattrape les frères Karabatic. Ce mercredi (14h), la Cour d’appel de Montpellier rend sa décision dans l’affaire des paris présumés truqués, dans laquelle Nikola et Luka sont impliqués.

Comme 14 autres prévenus, dont Géraldine Pillet, et Jennifer Priez, les compagnes des joueurs, ils sont soupçonnés de s’être entendus pour parier sur une défaite à la mi-temps de Montpellier lors du match face à Cesson le 12 mai 2012 et d’avoir truqué la rencontre. 20 Minutes fait le point sur l’affaire qui secoue le handball depuis cinq ans.

>> A lire aussi : Handball : Champions du monde ou pas, plusieurs Experts se sont fait recaler en boite

Qui a avoué avoir parié ? Luka Karabatic, Jennifer Priez et Géraldine Pillet font partie de ceux qui ont avoué avoir misé sur le match. Le premier, sacré champion du monde dimanche avec les Experts, a exprimé quelques regrets en novembre dernier face à la Cour d’appel de Montpellier :  « J’étais jeune et un peu bête », a-t-il souligné, tandis que sa compagne Jennifer Priez lui confiait avoir l’impression « d’être un bandit », et « de faire une bêtise », dans un SMS cité par la justice. De son côté, Géraldine Pillet notait avoir misé 1.500 euros avec ses propres économies par simple « appât du gain »… Aucun d’entre eux en revanche n’a reconnu l’entente préalable pour miser vers 10 h.

Et Nikola Karabatic ? Lui comme ses proches l’assurent : la star du handball mondial n’y est pour rien dans toute cette histoire, et il a même passé un savon à son frère quand il l’a appris… Quand à l’application de paris sportifs retrouvée sur son téléphone, c’est sa compagne qui l’a téléchargée, soulignait Nikola Karabatic en novembre. « Elle utilise le mien souvent, confiait-il à la Cour d’appel. Cela arrive dans tous les couples. »

>> A lire aussi : Mondial de handball : Les plus belles photos de l'immense joie des Bleus

Et l’hypothèse du match truqué dans tout ça ? C’est clairement le point faible de l’instruction. Aucun élément concret ne permet de dire que certains prévenus ont volontairement « levé le pied » pour laisser filer la mi-temps. Cependant, les experts mandatés ont mis le doigt sur certaines « anomalies » : « le MAHB n’a pas mis, dans ce match, les ingrédients habituels de ses victoires, notent-ils. Une telle convergence d’indicateurs anormaux est trop curieuse pour être innocente ». Une théorie que Nikola Karabatic lui-même s’est efforcé à démonter face à la Cour d’appel.

Que risquent les prévenus ? En 2015, le tribunal correctionnel avait condamné les prévenus à des peines d’amende de 1.500 à 30.000 euros. Fin novembre, l’avocat général a requis de 10.000 à 40.000 euros d’amende. Les plus fortes réquisitions sont pour les Karabatic, et deux hommes considérés comme les pivots de cette affaire, le buraliste Nicolas Gillet et le joueur slovène Mladen Bojinovic. En revanche, aucune peine de prison avec sursis n’a été requise, contrairement à l’audience en première instance.