Carcassonne: Gérald Seureau condamné à la perpétuité pour le viol et le meurtre de la jeune Léa en 2011

JUSTICE La cour d'assises de l'Aude a condamné vendredi en appel à la réclusion criminelle à perpétuité pour le viol et le meurtre de cette jeune lycéenne de 17 ans...

J.R. avec AFP

— 

Gérald Seureau lors de son procès devant la cour d'assises de l'Aude en 2017.
Gérald Seureau lors de son procès devant la cour d'assises de l'Aude en 2017. — P. Pavanis

En appel, Gérald Seureau a écopé de la même peine qu’en première instance en novembre 2014. Vendredi, la cour d’assises de l’Aude a confirmé la réclusion criminelle à perpétuité, assortie d’une peine de sûreté de 20 ans, contre le suspect de 30 ans, accusé d’avoir violé et tué Léa, une lycéenne de 17 ans en 2011 à Montpellier.

185 blessures sur le corps de la victime

Les faits avaient eu lieu lors d’une fête du 1er janvier 2011 entre jeunes, sur fond de grande consommation d’alcool, de cannabis et d’amphétamines. Le corps de l’adolescente, qui portait 185 blessures et lésions, avait été découvert, sur les indications de l’accusé, dans un parc non loin des lieux de la soirée avec, à proximité, une gourmette de ce dernier.

>> A lire aussi : Gérald Seureau condamné à perpétuité

Gérald Seureau, sans emploi, âgé de 24 ans à l’époque, était venu à la police avec le père de la victime pour signaler la disparition de l’adolescente. Il avait été placé en garde à vue parce qu’un policier avait remarqué des marques sur l’une de ses mains alors qu’il signait le procès-verbal. Il affirmait avoir quitté Léa vers 6h, place de la Comédie.

Pas d’explications à son geste

Sur les faits, Gérald Seureau est venu à l’audience avec l’idée de ne pas contester ses responsabilités. Mais il n’a pas donné d’explications à son geste. En novembre dernier, au psychiatre Jean-Claude Penochet, il avait assuré « n’avoir que des flashes ».

>> A lire aussi : VIDEO. Montpellier: Les clés pour comprendre le procès en appel de l’assassin présumé de Léa

Avant la clôture des débats vendredi, l’accusé s’est exprimé : « Ce que j’aimerais dire, c’est que je suis rongé par les remords et le mot est faible. Ce soir-là, je me suis nourri des ténèbres. Maintenant, j’essaie de chercher la lumière, de monter marche par marche pour l’atteindre et devenir quelqu’un de bien. »