VIDEO. Montpellier: En attente d'un repreneur, les salariés de la librairie Sauramps sont inquiets

SOCIAL La librairie, qui emploie 140 salariés, devrait évoquer son avenir vendredi, lors d’une réunion extraordinaire…

Nicolas Bonzom

— 

La librairie Sauramps, à Montpellier.
La librairie Sauramps, à Montpellier. — N. Bonzom / Maxele Presse

A Sauramps, l’inquiétude règne. « On ne sait pas du tout de quoi notre avenir sera fait », confie une salariée. En décembre dernier, le couperet tombait : la direction de l’emblématique librairie, installée à Montpellier (Hérault), au Triangle et à Odysseum, et à Alès (Gard), annonçait être à la recherche d’un repreneur…

Une situation difficile, liée à une dégradation des finances de la société, qui emploie 140 salariés. Deux librairies indépendantes, de Rouen et de Rodez, s’étaient manifestées pour tenter de sortir Sauramps de la zone rouge. Et depuis, les salariés patientent.

« Cette librairie, on veut qu’elle vive »

« On ne sait rien, on en a marre, confie un employé du Triangle. Nous sommes face à une direction qui nous a envoyés dans le gouffre. Cette librairie, on veut qu’elle vive, mais on veut savoir. »

Une inquiétude partagée par de nombreux salariés de la sixième librairie indépendante de France. Plusieurs dizaines se sont rassemblées mardi au Triangle. Tout un symbole pour Sauramps : la dernière fois qu’il y avait eu une telle fronde des salariés, c’était en 1992, alors qu’un plan social venait d’être annoncé.

« La direction doit nous transmettre les deux dossiers de candidature pour la reprise, pour l’instant, un seul nous a été communiqué, confie Julien Domergue, syndicaliste à Sud et représentant des employés. Nous voulons savoir pourquoi. Nous sommes inquiets. Rien ne garantit la pérennité de la librairie d’Odysseum et des emplois. »

Une réunion extraordinaire vendredi

Le 6 décembre, Jean-Marie Sevestre, PDG de la librairie, avait promis qu’aucun plan de départ n’était programmé. Du côté des employés, on attend de voir. « Je suis persuadée que certains resteront sur le carreau, confie une salariée, qui a participé au débrayage. On se demande comment tout cela va se dérouler, avec qui… On est dans le flou total. »

Pour l’un de ses collègues, les salariés ont besoin d’un « soutien populaire ». « Les Montpelliérains doivent manifester leur attachement à la librairie », note-t-il. La direction n’a pas souhaité réagir, mardi. Vendredi, elle a convoqué ses salariés à une réunion extraordinaire, où l’avenir de la librairie Sauramps devrait être évoqué.