Montpellier : L'ensemble de la métropole sera couvert par la fibre d'ici 2020

TECHNOLOGIE Si les trois quarts des foyers de la ville de Montpellier sont éligibles, dans les petits villages, il va falloir attendre encore un peu…

Nicolas Bonzom

— 

Un câble de fibre optique.
Un câble de fibre optique. — SIPA

Habitants de Montpellier, Juvignac ou Castelnau-le-Lez, la fibre optique est peut-être arrivée chez vous ces dernières semaines : chez Orange, on assure être à pied d’oeuvre pour installer le très haut débit dans les communes de la métropole.

Mais si, à la fin de l’année dernière, plus des trois quarts des foyers montpelliérains étaient raccordables, ceux des petites communes aux alentours ne savaient pas quand la technologie allait débarquer chez eux… On en sait désormais plus : lundi, l’opérateur et la métropole ont dévoilé un calendrier sur la progression du déploiement de la fibre.

Une arrivée très attendue dans les petites communes

Avant la fin de l’année, le très haut débit sera parvenu à Lattes et au Crès. En 2018, ce sera au tour de Baillargues, Beaulieu, Castries, Cournonsec, Jacou, Montaud, Pérols, Montferrier, Murviel, Saint-Brès, Saint-Georges d’Orques, Saint-Jean-de-Védas, Saussan, Sussargues et Vendargues. En 2019, Clapiers, Grabels, Pignan, Prades et Saint-Drézéry. Enfin, en 2020, on pourra surfer plus rapidement à Cournonterral, Fabrègues, Lavérune, Restinclières, Saint-Géniès et Villeneuve-lès-Maguelone.

Pour les petites communes, qui souffrent d’un manque criant de réseau pour le Web (et même parfois pour la téléphonie), l’arrivée de la fibre est attendue avec impatience. « Nous sommes sur un territoire qui n’est pas homogène en termes de connexion, confie Joël Raymond (sans étiquette), conseiller délégué à la métropole et maire de Montaud. Plusieurs villages ou parties de villages sont très mal desservis. Certains habitants ne peuvent même pas faire leur déclaration d’impôt sur Internet… »

>> A lire aussi : Hérault : Ces coins du département où surfer sur Internet est une vraie galère

Une économie « sous-tendue » à l’arrivée du très haut débit

Une arrivée qui pourrait également bénéficier à l’économie locale. « Nous avons beaucoup de petits artisans, des télétravailleurs, des auto-entrepreneurs, qui ont du mal à lancer leur activité dans certaines communes si la connexion n’est pas bonne, reprend Joël Raymond. Nous avons également des architectes, qui peinent à envoyer des fichiers lourds, notamment des plans, et qui sont obligés de fonctionner avec des clés USB… »

Pour Philippe Saurel (divers gauche), maire et président de la métropole de Montpellier, l’économie est « sous-tendue » à un accès au très haut débit. « Il y a de nombreuses start-ups installées dans les villages, qui travaillent notamment dans le jeu vidéo, et qui ont besoin d’un tel dispositif », reprend Chantal Marion (divers gauche), vice-présidente de la métropole en charge du développement économique à la métropole.