Montpellier: Avec Lunchr, les temps d'attente au restaurant, c'est terminé

APPLICATION C’est Loïc Soubeyrand, le fondateur de l’empire Teads, qui a lancé ce nouveau concept, disponible bientôt sur smartphone, tablette et sur le Web...

Nicolas Bonzom

— 

Lunchr
Lunchr — Lunchr

Six ans après la création de Teads, devenu un véritable empire de la publicité vidéo en ligne, avec 500 salariés et 200 millions d’euros de chiffre d’affaires, Loïc Soubeyrand s’est lancé un tout nouveau défi…

>> A lire aussi : Le succès mondial de Teads

L’entrepreneur montpelliérain a réussi une levée de fonds d’environ 2,5 millions d’euros, histoire d’assurer un bel avenir à Lunchr, son nouveau bébé. Cette application gratuite permet à ses utilisateurs de commander le menu de leur choix depuis leur smartphone, et d’arriver au restaurant une fois que c’est prêt. Une dizaine de personnes œuvrent au développement de ce concept au Bic, l’incubateur de Montpellier.

Loïc Soubeyrand, le créateur de Lunchr.
Loïc Soubeyrand, le créateur de Lunchr. - D.R.

Plus aucun temps d’attente au restaurant

« L’idée m’est venue d’une expérience personnelle, confie-t-il. Le midi, quand on travaille, et que l’on se rend au restaurant, ou que l’on prend à emporter, on fait la queue, on commande, puis on attend que ce soit préparé, et enfin, on paie. Lunchr permettra aux utilisateurs de réduire ces temps d’attente à néant en quelques clics… »

Une fois son restaurant sélectionné, on choisit l’entrée, le plat, le dessert, le vin, le café… Et on paie. Il n’y a plus qu’à mettre directement les pieds sous la table à l’horaire indiqué. Pour vivre, l’application récupère environ 10 à 15 % de commission sur les notes des établissements. « Le dispositif permet aussi de faire gagner du temps aux restaurateurs, en salle, évidemment, et aussi en cuisine », indique Loïc Soubeyrand

Actuellement en phase de test auprès d’une centaine d’usagers sur des restaurants du Millénaire, Lunchr sera lancé à Montpellier d’ici la fin du mois de janvier, et à Paris en mars, et cinq à six autres villes avant la fin de l’année. L’appli sera disponible en premier sur iOS, sur le Web dans quelques semaines et sur Androïd en avril.