Gard : Retirée des bassins, l’ex-nageuse Coralie Balmy œuvre à la protection des tortues marines

ANIMAUX Licenciée au club de Montpellier, la jeune femme a mis fin à sa carrière après les Jeux Olympiques de Rio…

Nicolas Bonzom

— 

Coralie Balmy, au CestMed, au Grau-du-Roi.
Coralie Balmy, au CestMed, au Grau-du-Roi. — N. Bonzom / Maxele Presse

Coralie Balmy a changé de vie. La championne de natation, retirée des bassins depuis les derniers Jeux olympiques à Rio l’été dernier, se consacre désormais à la protection des tortues marines. Quatre fois médaillée d’or aux championnats d’Europe (2008, 2009, 2012), la nageuse d’origine martiniquaise travaille désormais auCestMed, le centre de réhabilitation de ces animaux étonnants, au Grau-du-Roi (Gard).

>> A lire aussi : VIDEO. Gard : Un hôpital pour les tortues marines blessées

« C’est une passion qui est née sur les plages de la Martinique, confie la sportive de 29 ans, qui fut licenciée au club de la métropole de Montpellier. Quand j’étais petite, j’avais l’habitude d’approcher les animaux marins, et il m’arrivait souvent d’accompagner mon père vétérinaire au travail. Le déclic, il vient de là je crois… »

Coralie Balmy au CestMed, qui accueille des tortues blessées.
Coralie Balmy au CestMed, qui accueille des tortues blessées. - N. Bonzom / Maxele Presse

« On a envie de les chouchouter »

Aujourd’hui, comme l’ensemble des salariés et des bénévoles de la structure gardoise, la jeune femme vient en aide à des tortues marines blessées, retrouvées dans la mer Méditerranée. De drôles de pensionnaires qui ont été victimes de collisions avec des hélices de bateaux, d’occlusions intestinales, suite à l’absorption de sachets en plastique ou qui ont été pris au piège dans des filets de pêche.

>> A lire aussi : EN IMAGES. Monaco : Les tortues marines en détresse bientôt admises dans leurs propres urgences

« Se dire que l’on contribue au bien-être de ces animaux, c’est absolument formidable, confie Coralie Balmy, qui a suivi une formation d’auxiliaire de santé pour les animaux sauvages. On a envie de les chouchouter, de les caresser… Tout en gardant une petite distance, histoire de les préserver de notre proximité. Et la plus belle de nos récompenses, c’est lorsqu’on les relâche en mer, après les avoir soignées… »

« Les premiers mois, on cherche un peu ses repères »

Penchée sur les bassins de remise en forme de ces pauvres tortues, Coralie Balmy l’assure : elle a bel et bien tourné la page de la natation. « Lorsque l’on est sportif de haut niveau, on est totalement déconnecté. Revenir à la réalité, c’est très déstabilisant. Les premiers mois, on cherche un peu ses repères. Mais j’avais besoin de passer à autre chose… Aujourd’hui, je suis très heureuse. Hier, je suis allée à la piscine pour la première fois depuis que j’ai décidé d’arrêter. Ça m’a fait bizarre… », sourit la jeune femme.

L'une des tortues soignées au CestMed au Grau-du-Roi.
L'une des tortues soignées au CestMed au Grau-du-Roi. - N. Bonzom / Maxele Presse

Au CestMed, Coralie Balmy œuvre notamment à la réalisation d’un projet d’envergure : d’ici mars 2018, la structure va quitter le Seaquarium du Grau-du-Roi pour s’installer dans un espace d’environ 1.500 m2 sur le site de l’ancien hôpital de la commune, au bord de la mer. Les travaux vont débuter bientôt.

Le nouveau CestMed accueillera le centre de soins, mais aussi un centre culturel autour des tortues marines ainsi qu’un musée. Mais également un événement sportif, préparée en secret par l’ancienne championne…